PINK FLOYD : A Momentary Lapse Of Reason


 

Pink floyd a momentary lapse of reason front

 

Nous sommes en 1986 et Roger Waters a quitté le navire un an avant en pensant que le FLOYD ne survivrait pas à son départ. Pourtant Gilmour décide de remettre la machine en marche avec la sortie d’un album suivi d’une tournée mondiale titanesque pour redorer le blason du groupe qui était sous le joug de la forte personnalité du bassiste. Le guitariste refait donc appel à Mason, qui répondra présent, ce qui ne sera pas le cas de Richard Wright, qui devra attendre un peu pour être réintégré officiellement même s’il est crédité comme musicien et qu’il participera lui aussi à l’élaboration de l’album.
 De son côté, l'ancien bassiste et parolier du groupe entame des poursuites judiciaires pour que le nom de PINK FLOYD ne puisse plus être utilisé par ses anciens collègues. Une bataille juridique est donc en cours alors que les Anglais commence à se (re)mettre au travail, ce qui ne leur simplifie pas la tâche, puisqu'ils ont déjà la lourde tâche de faire un come-back sans Roger Waters, membre clef de la formation.

Direction l’Astoria, le fameux studio d’enregistrement des FLOYD (qui est en réalité une péniche achetée par Gilmour et aménagée en studio) pour attaquer ce A Momentary Lapse of Reason qui, au final, sonnera plus comme un album solo de David Gilmour (ce n’est un secret pour personne) qui avait, à cette époque, déjà beaucoup de matériel enregistré. 
Passé l’intro instrumentale, qui elle, reste dans la lignée de l’ancien PINK FLOYD, c’est un "Learning to Fly" qui débarque avec un son lisse, cristallin et léger. La voix de Gilmour plane au cœur du titre et côtoie des claviers discrets, mais bien présents, qui accentuent l’atmosphère aérienne du morceau. Ils feront cependant un retour plus prononcé sur l'un des tubes de l'album "The Dogs of War", titre aux multiples facettes, tantôt calme, tantôt énervé et groovy, avec ses solis bluesy, ses cuivres et cette basse ronde omniprésente sur l'album, le FLOYD se fait plaisir et se lâche comme s'il évacuait la pression après des années de frustration. Les titres sont pour la plupart assez courts (enfin pour du PINK FLOYD) et il faut avouer que nous sommes musicalement très loin des morceaux-fleuve qui ont fait la gloire du groupe, mais l'album présente une très bonne cohérence tant au niveau du son qu'au niveau du rythme, A Momentary Laspe Of Reason posséde son lot de passages atmosphériques et sombres. Le côté psychédélique s’est définitivement éteint pour faire place à une musique plus simple dans sa construction, mais véritablement ancrée dans son époque, le FLOYD a évolué et développe d'avantage le coté « rock progressif » de sa musique. Les Anglais ont sacrifié quelques bases mais ont su garder l'élément principal qui a fait leur succès, la composition. Car malgré tout le chamboulement pour ce A Momentary Laps Of Reason, les Anglais gardent une force de composition percutante même si cela ne s’entend pas forcement comme sur le morceau-titre, un peu trop simple et sans grande surprise. "Yet Another Movie" s'impose logiquement comme LE titre de l'album, avec ses six minutes et son ambiance noire et torturée, suivi de prêt par un "Sorrow" dont il est difficile de s’ôter la rythmique de la tête. Ces deux titres suivront le groupe lors de la tournée qui suivra et rencontreront un franc succès en live.

Au final, avec ou sans Waters, le nouveau FLOYD est en place et nous revient avec une musique certes différente, car grandement influencée par la patte du travail solo de Gilmour et de ses différentes collaborations, il n’en reste pas moins que A Momentary Lapse of Reason a su trouver sa place dans la discographie du combo au fil du temps et avec le recul le groupe avait peut être même un poil d’avance sur son temps, l’album datant de 1987 mais possédant cette sonorité synthétique très typée 90’s.

Comment parler de Momentary sans parler du fameux Delicate Sound of Thunder qui offre un show digne de la musique des Anglais. Ce live sortira en support audio et vidéo, les moyens injectés dans les concerts sont pharaoniques et le groupe nous en met plein les mirrettes. La tournée sera couronnée de succès et boostera même les ventes de l’album qui n’était pas franchement terrible à l’époque, mais Gilmour aura relevé le défi de relancer la carrière du groupe au grand damne de Waters qui baissera finalement les bras et laissera le nom de PINK FLOYD à ses anciens acolytes.

A Momentary Lapse of Reason sera l'album de la renaissance pour PINK FLOYD qui livre ici des compos differentes, mais toujours aussi travaillées (dommage cependant que les paroles ne soient pas plus dévelloppées). Le FLOYD se reformera completement quelques années plus tard pour donner naissance à The Division Bells qui clôturera de fort belle manière la carrière d’un groupe unique.

 

ZoSKiA


 


 

Line-Up :

David Gilmour - Guitare / Chant / Claviers

Nick Mason - Batterie / Choeurs

Nationalité : Royaume-Uni

Label : Columbia Records

Année : 1987

Tracklist :

1 - Signs of Life

2 - Learning To Fly

3 - The Dogs Of War

4 - One Slip

5 - On The Turning Away

6 - Yet Another Movie

7 - A New Machine - Part I

8 - Terminal Frost

9 - A New Machine - Part II

10 - Sorrow 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. zoskia 23/01/2014

Merci Cook si tu as besoin de conseil pour bien débuter hésite pas :)

2. Cook 19/01/2014

Ta chro me donne envie de m'intéresser au PINK FLOYD de plus près. Joli boulot.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/11/2016

Rejoignez nous sur Facebook!