NAPALM DEATH : Scum


 

Scum

 

Créé en 1981 à Birmingham au Royaume-Uni, NAPALM DEATH présente un son anarcho-punk sur ses premières démos, et ce jusqu’en 1986, année qui voit le groupe sortir les démos From Enslavement to Obliteration puis Scum (qui donneront leur nom aux deux premiers albums), qui témoignent d’une certaine radicalisation musicale (on notera par exemple l’appellation « West Midlands Thrash Core » sur la demo tape F.E.T.O.), radicalisation confirmée par l’arrivée de Scum en 1987, l’album cette fois, le premier des anglais.

À leurs débuts, les gars de NAPALM DEATH citent fièrement leurs principales influences, qui seraient DISCHARGE, DIRTY ROTTEN IMBECILES et SIEGE. Ces influences laissent encore quelques traces sur ce Scum. Pour résumer, Scum est le fruit ultrabrutal de l’évolution du monde du punk et du metal des années 80, le passage à la vitesse supérieure, et qui plus est le premier album de grindcore pour beaucoup de personnes.

Dès les premières minutes, on comprend rapidement la mandale que veut nous mettre ND. Un riff de 40 secondes typé hardcore punk laisse place sans transition à une frénésie marquée par un blast beat et un chant méconnu pour l’époque, grave et rapide. Et cette furie, après avoir pris place, subsiste tout au long de l’album, bien que celui-ci se divise en deux parties plutôt distinctes. En effet, Scum se divise en deux : deux line-up, deux sons. Et là où les 12 premiers titres (avec au chant un gars dont on entend plus parler depuis, Nicholas Bullen) sont d’un son propre, pour du grind et pour l’époque, avec des riffs hardcore punk parfois presque thrash, une reverb sur tous les instruments et le chant, les titres suivants (avec un line-up aux ¾ différent, le batteur Mick Harris restant, et avec le futur chanteur de CATHEDRAL Lee Dorrian) montrent une production plus sale et un son plus crust, avec des riffs typiques du genre et l’apparition d’un scream s’ajoutant au chant principal. Un son crusty grindcore donc, comme nous jouent encore des groupes comme WORMROT de nos jours. Mais les deux parties se valent totalement.

Pour commencer, il faut parler des blast beats, et il y a en beaucoup. Ils sont quasiment omniprésents, presque autant que sur le premier album de CRYPTIC SLAUGHTER sorti l’année précédente. Cette technique de batterie n’est pas encore vraiment répandue à l’époque, mais ND s’en charge, ne vous en faites pas. Et en dehors de ces blasts qui priment carrément, on trouve des rythmes punk/hardcore, voire d-beat (« Control »), puis crust sur la seconde partie (« Prison Without Walls », « Common Enemy »). La guitare, elle, suit la même logique stylistique, et possède un son graveleux et adapté aux différents passages : dévastateur dès les intros (« Instinct of Survival », « Scum », « Divine Death »), fulgurant lors des blasts, lourd sur les moshparts (« Human Garbage », « Success »). Quant au chant, il est grave ou crié et rajoute de la primitivité. Il semble peu varié (les pistes 4, 10 et 16, possèdent une ligne de chant semblable), il est rapide et les paroles sont incompréhensibles. Le tout forme une musique frénétique, et véhicule une volonté d’en découdre, aussi bien sur le plan musical que politique. La durée d’une demie heure de la galette passe trop vite, on en redemande !

Scum est un album remarquable, terriblement efficace, extrême, qui délivre une énergie sans pareil pour l’époque.

 

 

QxVx

Mots-clés : chronique avis musique death grind napalm death


 

Line-up :

Pistes 1 à 12 :

Nicholas Bullen : Chant, basse
Justin Broadrick : Guitare
Mick Harris : Batterie

Pistes 12 à 28 :

Lee Dorrian : Chant
Jim Whitely : Basse
Bill Steer : Guitare
Mick Harris : Batterie

Pays : Royaume-Uni

Label : Earache Records (troisième album sorti sur le label)

Année : 1987

Tracklist :

  1. Multinational Corporations
  2. Instinct of Survival
  3. The Kill
  4. Scum
  5. Caught in a Dream
  6. Polluted Minds
  7. Sacrificed
  8. Siege of Power
  9. Control
  10. Born on your Knees
  11. Human Garbage
  12. You Suffer
  13. Life
  14. Prison Without Walls
  15. Point of No Return
  16. Negative Approach
  17. Success
  18. Deceiver
  19. CS
  20. Parasites
  21. Pseudo Youth
  22. Divine Death
  23. As The Machine Rolls On
  24. Common Enemy
  25. Moral Crusade
  26. Stigmatized
  27. MAD
  28. Dragnet

Durée : 33:14


 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/04/2016

Rejoignez nous sur Facebook!