DYSYLUMN : Conceptarium

black hole metal

 


 

Conceptarium cover

 

L’avantage lorsque l’on participe à un projet musical, c’est que l’on peut suivre l’évolution du concept, la transformation des morceaux, l’amélioration de la production et, en ce qui me concerne, le processus de création graphique. Pour ce premier album de DYSYLUMN, Conceptarium, mon ami Sebastien Besson m’a effectivement sollicité pour que je m’occupe du visuel, toujours ancré dans le thème spatial. Attention, pas de science-fiction ici, l’univers astral sert juste de support à des paroles introspectives, des moments sombres de la vie qui se reflètent avec ce trou noir avalant chaque particule de vie.

Après avoir sorti une démo 2-titres éponyme en 2013 (où l’on retrouvait déjà les titres « Conceptarium Pt. I & II »), le duo français passe au niveau supérieur avec un album complet au format digipack, masterisé au Vamacara Studio et pressé seulement à 100 exemplaires !

Conceptarium est un album pesant, assez exigeant, qui ne dévoile ses merveilles qu’après plusieurs voyages en sa compagnie. Il a l’allure d’un space trip plombant qui débute dès les premières notes, exhibant salement la densité de ses lignes de guitare et la profondeur abyssale du chant. DYSYLUMN explore plusieurs univers sonores, toujours ancrés dans un socle sombre et crasseux, mais aux aspérités différentes. Ainsi, on pense clairement à la scène Death Metal occulte finlandaise dans les bourdonnements caverneux des riffs et le growl lointain qui raisonne dans l’immensité stellaire (« Vide Spatial »), à la scène Black Metal avant-gardiste dans les titres protéiformes qui cheminent entre obscurité et lumière, entre contemplation et destruction (« Conceptarium Pt I & II », des perles noires) ainsi qu’au Death Metal américain old-school et brutal dans les attaques frontales des redoutables « Cauchemar » et « Réveil » (qui rappelle le passé de Sebastien Besson en tant que technicien de l’extrême chez les deathsters montpelliérains d’ANTROPOFAGO).

Le maelström orbital engendré par DYSYLUMN tient, bien entendu, sur l’imbrication des guitares, de la basse et du chant proposé par Sebastien Besson, mais également sur le riche travail du batteur Camille Olivier Faure Brac. S’adaptant aux compositions avec un jeu extrêmement varié et précis, le frappeur du duo impressionne autant dans les démonstrations de force que dans les passages subtiles sur fond de distorsion lunaire. D’ailleurs, en fin de course, DYSYLUMN délaisse la machinerie spatiale et bruyante pour une errance instrumentale, d’abord lumineuse et mélancolique avec « Voyage Astral », puis aliénante et turbulente avec « Nébuleuse », qui se termine sur une longue plage ambiante à la DARKSPACE.

Si quelques titres sont un peu moins mémorables que d’autres (« Esclave Céleste » et « Agonie » notamment), l’ensemble de ce Conceptarium est une vraie réussite en matière de Black/Death Metal grondant et suffocant, bardé de riffs travaillés, de rythmiques éclectiques et aidé par une production parfaitement calibrée entre puissance et rugosité. Un véritable météore dans la mare du Metal extrême français !

 

Tankkore


 


 

Line-Up : 

Sébastien Besson : Guitare, basse et chant

Camille Olivier Faure Brac : Batterie

Nationalité : France

Label : Autoproduction

Année : 2015

Tracklist :

01 - Vide Spatial

02 - Cauchemar

03 - Esclave Céleste

04 - Conceptarium Pt I

05 - Conceptarium Pt II

06 - Agonie

07 - Réveil

08 - Voyage Astral

09 - Nébuleuse


 

dysylumn.bandcamp.com

www.facebook.com/Dysylumn


 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. Tankkore 30/05/2016

Tu l'as dit !! Et la suite se prépare !

2. Cook 27/05/2016

Cet album est un vrai petit bijou !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 25/05/2016

Rejoignez nous sur Facebook!