FANTÔMAS : The Director's Cut Live: A New Year Revolution

22121667 700x700min 1


Parmi les nombreux projets du Sieur Patton, j’ai le plaisir, que dis-je, l’immense honneur de vous présenter aujourd’hui l’incontournable FANTÔMAS. Pour la petite présentation, sous ce nom de groupe emprunté au film que l’on connaît, se cache en vérité une sorte d’all star band (non en fait, c’en est un), composé de Dave Lombardo de SLAYER, de Buzz Osborne des MELVINS, de Trevor Dunn de MR BUNGLE et donc de Mike Patton de FAITH NO MORE (oui, rien que ça…). Alors, autant le dire tout de suite, cette bande de loustics ne donne pas dans le easy listening, bien au contraire. FANTÔMAS c’est la rencontre de quatre cerveaux malades qui tiennent à nous triturer les neurones à grand coup de musique parfois bruitiste, parfois brutal, mais toujours expérimental. FANTÔMAS ne fait pas dans la demi-mesure et va au bout de ses idées. La particularité du groupe ? Choisir un thème par album. Alors je ne vous gâcherais pas la surprise concernant les autres méfaits du combo, mais je peux vous dire que Director’s Cut reprend des thèmes de films divers et variés (même si un accent est mis sur l’horreur et le fantastique) et que le quatuor américain prend un malin plaisir à revisiter tout ça d’une manière très personnelle.  

Comme sur l’album, tout commence avec "The Godfather", le célèbre thème de Nino Rota. Les quelques notes d’ouverture seront les seules vraiment reconnaissables puisque le morceau part en banane quelques secondes plus tard pour basculer vers un thrash véloce bercé par les onomatopées délirantes d’un Patton survolté. Derrière sa table de mixage, le bonhomme s’improvise chef d’orchestre et dirige son monde à grand renfort de cris électrisants et de gesticulations nerveuses, du Patton comme on aime le voir sur scène. C’est énergique, dense et sacrément barré. En live, le groupe est à la hauteur de sa réputation. Pas une fausse note ne sort de ce bordel ambiant et assure aussi bien dans les parties rapides que dans les parties plus ambiancées. L’invité (de marque) Dale Crover, batteur malheureusement oublié par la présente génération de metalleux en herbe (car même si FANTÔMAS donne dans la musique expérimentale, il pioche ses bases dans le métal) tient rythmiquement la baraque sur ses épaules. Le gars fourmis une prestation hallucinante de précision et nom de dieu quelle frappe !
Mais revenons-en à nous moutons. "Experiment in Terror" et son côté jazzy porté par la voix de crooner de Patton fait des ravages, "One Step Beyhond" avec ses sonorités d’un autre monde nous hypnotisent. La grosse ambiance macabre arrive avec  "Henri : Portrait of a Serial Killer". Mes aïeux, c’est du lourd, du très lourd, la folie est palpable et nous replonge dans ce film glauquissime à souhait. Patton joue encore et toujours avec son attirail et nous sort des sons improbables et angoissants, mais collant parfaitement au délire, pendant que Buzz braille comme un sourd sur le refrain. Une immersion malsaine qui crée le malaise. J’en oubliais presque de parler de "Rosemary’s Baby", un des incontournables de l’album. Son chant enfantin débute histoire de planté le décor, puis arrive cette phase "funcking" heavy et entêtante sur les dernières secondes du morceau, bordel c’que c’est court et frustrant, on aimerait que le groupe fasse durer pendant une heure. Il faudra attendre "Spider Baby" pour entendre un titre véritablement structuré et avoir un peu de répit. D’ailleurs le côté enfantin cher au film d’horreur (l’innocence, tout ça, vous connaissez bande de dévergondés ?) est souvent représenté dans ce Director’s Cut, les interprétations sont vraiment bien pensées et le tout est en partie due au talent de Patton qui possède un panel vocal extrêmement large.
Changement d’ambiance en revanche pour le rappel, les Américains arrivent avec deux reprises dont une de AL GREEN, assez…pipi/caca. Je ne vous en dis pas plus, les images parleront d’elles-mêmes. Concernant l’autre, très brève, il s’agit de "Chariot Choogle" de T-REX et qui clôture un live complètement fou, mais maîtrisé de bout en bout.
Pour finir, le seul véritable hic vient des effets visuels rajoutés tout au long du dvd, la camera tourne, retourne, les couleurs changent, les arrêts sur images, même s’il faut avouer que ça colle plutôt pas mal au contexte, le tout devient vite insupportable.

En conclusion, voilà le genre de live que j’aime voir, les morceaux sont tout simplement captivants et interprétés de façon magistrale par un groupe hors du commun. Le chef d’orchestre Patton mène ses troupes avec tout le brio qu’on lui connaît et fait le show à lui tout seul, bidouillant, criant, chantant et à force d’encenser ce mec, vous allez croire que je couche avec lui, mais je vous assure qu’il n’en est rien. Je suis juste un homme, qui admire un autre homme (hummmm tendancieux quand même) pour les talents qu’il possède et qu’il met au service de la musique. Alors quoi ? Ah oui…les autres musiciens ? Bien sûr qu’ils sont bons, rien que de voir bouger la tignasse du King Buzzo, c’est un bonheur incommensurable et quand on voit ce que ce type arrive à sortir avec une guitare (et pas seulement avec FANTÔMAS hein !), il mérite tout notre respect. Concernant Trevor Dunn, plus discret, je peux vous assurer qu’il tient lui aussi une place importante dans le groupe et je vous invite tout de suite à vous intéresser aux projets parallèles du bonhomme, ce mec est un musicien incroyable, mais trop méconnu, je vous laisse donc découvrir ses différents projets comme des grands.          

Quoi qu’il en soit, OUI, j’aime FANTÔMAS, et OUI j’aime ses musiciens. Alors je vous laisse là et moi pendant ce temps, je vais me remater ce Director’s Cut pour la troisième fois de la journée.

 

Zoskia

1. The Godfather
2. Night of the Hunter
3. Cape Fear
4. Experiment in Terror
5. One Step Beyond
6. Rosemary’s Baby
7. The Devil Rides Out
8. Spider Baby
9. The Omen (Ave Satani)
10. Henry: Portrait Of A Serial Killer
11. Vendetta
12. Investigation Of A Citizen Above Suspicion
13. Twin Peaks: Fire Walk With Me
14. Der Golem
15. Charade
16. Intermission
17. Simply Beautiful
18. Chariot Choogle - See more at: http://www.lithiummagazine.com/fant%C3%B4mas-dvd-and-live-album-director%E2%80%99s-cut-live-new-year%E2%80%99s-revolution-set-sept-6-release#sthash.HfwrBnqK.dpuf

Line-Up : 

Mike Patton : Chant, programmation

Buzz Osborne : Guitare

Trevor Dunn : Basse

Dale Crover : Batterie

Nationalité : Etats-Unis

Label : Ipecac Recordings

Année : 2011

Tracklist :

01 - The Godfather

02 - Night of the Hunter

03 - Cape Fear

04 - Experiment in Terror

05 - One Step Beyond

06 - Rosemary's Baby

07 - The Devil Rides Out

08 - Spider Baby

09 - The Omen (Ave Satani)

10 - Henry: Portrait Of A Serial Killer

11 - Vendetta

12 - Investigation Of A Citizen Above Suspicion

13 - Twin Peaks: Fire Walk With Me

14 - Der Golem

15 - Charade

16 - Intermission

17 - Simply Beautiful

18 - Chariot Choogle

1. The Godfather
2. Night of the Hunter
3. Cape Fear
4. Experiment in Terror
5. One Step Beyond
6. Rosemary’s Baby
7. The Devil Rides Out
8. Spider Baby
9. The Omen (Ave Satani)
10. Henry: Portrait Of A Serial Killer
11. Vendetta
12. Investigation Of A Citizen Above Suspicion
13. Twin Peaks: Fire Walk With Me
14. Der Golem
15. Charade
16. Intermission
17. Simply Beautiful
18. Chariot Choogle - See more at: http://www.lithiummagazine.com/fant%C3%B4mas-dvd-and-live-album-director%E2%80%99s-cut-live-new-year%E2%80%99s-revolution-set-sept-6-release#sthash.HfwrBnqK.dpuf

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!