YAYLA : Sathimasal

noir c'est noir

m8099229077360452-1.jpg
 

On ne peut pas dire que la Turquie soit le premier pays producteur de metal extrême, mais il recèle quand même quelques petits groupes (VALEFOR, ZENITH MAUDLIN, EZAYAH) qui font leur nid malgré la difficulté de percer dans ce milieu. YAYLA fait partie de ces groupes, et présent sur la scène extrême depuis sa première galette, une démo en 2009 puis un album en 2011, le one man band mené par Emir Toğrul est sur le point de sortir son nouvel album de black ambiant, Sathimasal.

Pour planter le décor je dirais qu’écouter ce nouvel album de YAYLA, c’est un peu comme lire une nouvelle de H.P Lovecraft, on se retrouve dans une forteresse inconnue, immensément grande avec comme seul toit, un ciel sans étoile éclairé par une lune blafarde. Cette forteresse est en fait la dernière demeure des Grands Anciens, qui attendent d’être délivrés, pour pouvoir enfin répandre la terreur et reconquérir cette Terre qu’ils habitaient bien avant qu’elle ne soit devenue ce qu’elle est. Nous sommes nulle part et partout à la fois, sous terre, sur terre et dans l’espace intersidéral.

Les guitares représentent ces murs, moites, qui transpirent quelque chose de malsain et d'insupportable, Emir Toğrul les utilisent comme fondation de sa musique, la saturation est compacte et rien ne peut la traverser. La batterie elle, est très en retrait et ne sert vraiment que de support a cette musique hypnotique, menée par des riffs répétés inlassablement, à la manière d’un mantra satanique. Mais c’est surtout cette production lointaine qui nous fait vraiment voyager, véritable parti pris, risqué, qui fera sans doute fuir beaucoup de personnes, sans parler des chants hurlés d’Emir Toğrul quasiment inaudibles, noyés par des torrents de décibels ultra saturés qui feront pâlir les plus raw d’entre vous.

Sathimasal est un album spécial, chaque pièce présente vous fera fuir davantage ou vous confortera dans l’idée qu’Emir Toğrul possède un talent créatif hors du commun. La longueur des titres, la production crasseuse et la linéarité représente quand même un gros point faible mais la richesse, le talent, et l’ambiance de l’album sont un point fort, le mieux c’est d’écouter ce Sathimasal et de se faire sa propre idée.

 

ZoSKiA

 

 

Line-Up :

Emir Toğrul : Chant, Tous les instruments

Nationalité : Turquie

Label : Merdumgiriz

Année : 2012

Tracklist :

01 - Fordreame Wonderlore

02 - Emperor, Elegy to Wars Never Fought

03 - Harvester, Modesty of All Malevolence  

04 - Conjurer, Prophetillars Will Hollow  

05 - Will to Walk Paths to No Temple

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. ZoSKiA 17/08/2013

Si tu arrive à entendre quelque chose

2. Cook 17/08/2013

Un truc à écouter en plus!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!