YAYLA : Nihaihayat

back in black (metal)

nihaihayat.gif

 

La chronique du deuxième album du one-man-band Turque mené par Emir Toğrul avait été l’une de mes premières. YAYLA nous proposait un black metal ambiant/atmosphérique de bonne facture, aux ambiances épaisses et noires, qui nous transportaient au-delà de l’espace et du temps et il faut le dire qu’avec ce nouvel album la formule reste quasiment inchangée.

Non pas que Nihaihayat soit un simple copier/coller de son prédécesseur, mais quelques caractéristiques qui faisaient le succès de l’opus précédent sont toujours présentes à savoir ce mur de guitare impénétrable, une batterie programmée et cette voix si lointaine. Une fois le tout fusionné, cela donne cette musique si particulière qu’affectionne Toğrul, c’est-à-dire un black metal froid (carrément glacial même), lancinant et aux riffs inlassablement répétés sur une longueur qui dépasse généralement les dix minutes (mise à part l’intro et l’outro).

Les quelques différences avec son grand frère son toutefois notables, comme le côté un peu plus "aérien" de la production beaucoup moins étouffante cette fois-ci, de ce fait le coté mélodique ne se retrouve pas noyé sous un déluge de saturation, mais le son reste tout de même crasseux et envoutant. Seul problème, Toğrul ne se décide toujours pas à inclure ne serait-ce qu’un semblant de basse à sa musique (une habitude dans le style black metal !). Les compos quant à elles ont gagné en maturité, et le titre "Immortalizing The Nine" en est l’exemple parfait avec cette intro lente et pesante à la limite du doom qui enchaine avec un riff heavy entêtant. La majorité des titres présente une structure avec quelques changements rythmiques qui viennent briser l’hypnotisme qu’exerce sur nous la musique du Turc. Le plus gros changement (et là est ma seule déception vis-à-vis de l’album) est le retrait des claviers qui donnait à la musique de YAYLA sont coté dérangeant et si spécial.

Pour conclure, un album dans la lignée de ce que le one-man-band a l’habitude de nous proposer, un album toujours extrêmement personnel, Emir Toğrul n’a rien perdu de son talent et de sa force de composition et de toute façon je ne peux qu’encourager les sorties dans un pays où les groupes de black metal ne sont pas légion !

 

ZoSKiA

 

 

Line-Up :

Emir Toğrul : Chant, Tous les instruments

Nationalité : Turquie

Label : Merdumgiriz

Année : 2013

Tracklist :

01 - Integumental Grasp

02 - Through the Sigil of Hate

03 - Immortalizing the Nine

04 - Disguises of Evil

05 - In Senility

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!