ESSENCE OF DATUM : Event Horizon

un film cauchemardesque, un album éblouissant

Ha, la sempiternelle question, mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir chroniquer ce mois-ci ? Pleins d'idées, mais surtout beaucoup de pages blanches. Alors voilà, quand ça me tombe sur le paletot avec une telle évidence que pour l'article d'aujourd'hui plus rien ne m'arrête. Certains parleront d'enthousiasme mal placé, moi je le range dans les soirées pépères à écouter de la musique en toute sérénité, de loin mon passe-temps favori après emmerder mon monde.

En voilà une introduction longue et prétentieuse. Avec toutes ces « idées », ces « évidences », le fait de rejeter la faute sur ces « certains »... Bref on ne va pas s'arrêter dans l'ambition. Petit un parce qu'on va parler death... allez metal progressif pour ne pas heurter ceux qui vomissent déjà leur petit déjeuner (et qui nous rabâche les oreilles avec une série à base de trône et d'ennui... J'en ai encore entendu une qui m'a mis en rogne ce matin !). Donc au menu metal moderne à forte tendance mélodique et virtuose sans chant ni mèche. Ils sont quatre, jeunes, Biélorusses et surtout incroyablement talentueux. ESSENCE OF DATUM ne vous dit peut être rien mais c'est un concentré de bonne humeur, de plans véloces et percutants, voire un peu trop j'imagine. Détail amusant, le titre de l'album, Event Horizon, rappelle un film d'horreur/SF pas mauvais dans son genre.

 

Event horizon

 

Petit deux car je ne vais pas faire ma chronique habituelle avec les détails dont tout le monde se fout. Mon premier point concerne l'accessibilité du groupe (eh oui, pas de chant, donc pas de growls inopportuns pour ceux qui n'ont toujours pas digéré une évolution musicale qui fête bientôt ses soixante-dix ans). On est très loin du monde terne et marécageux du death ou du black (petit écart sur « II. Labyrinth Of Broken Mirrors »), mais surtout à des kilomètres de la mièvrerie du heavy ou du sympho-mélo-truchiant. Ici, c'est le domaine du son avant tout. Je parlais d'accessibilité ? Bon, il faudra tout de même vérifier que vous supportez la vitesse et que vous êtes capable de suivre une mélodie vagabonde plusieurs minutes d'affilées. Parce qu'en faite, ESSENCE OF DATUM ça n'est que ça. Des trombes mélodiques alliant guitares et basses dans un ballet à cent à l'heure (quelques petits ralentissements sur la dernière piste « III. Beyond Horizon », mais merde ce final bourré d'effets est grandiose). Certes, ce bref résumé semble réducteur, même pour moi qui ai la musique en fond actuellement. Mais que dire à part que ça shred, avec brio. Les musiciens connaissent leur affaire et nous présentent un album long d'une demi-heure ! Voilà des gens qui ont pigé : rapide et efficace c'est mieux que long et chiant en matière de musique. Pourquoi se taper une heure de vikingo-gotho-truchoso- metal aseptisé quand on peut juste se poser trente minutes et suivre la douce vibration d'un son propre et dense ? Et quelle fluidité dans les plans, pas d'accrochage, c'est tout confort ! Je ne vous ferai pas de speech sur l'importance de l'écriture contrapuntique, le dodécaphonisme... Mais bon sachez qu'en plus d'être fun Event Horizon sait être intelligent à ses heures. Mais surtout jouissif ! Rah ce blast sur « Soul Strings Theory », suivie de ce solo à base de grattes et de basses, j'ai toujours le cœur qui décolle à ce moment là. A noter une superbe piste acoustique à mi-parcours intitulée « Duality ».

De quoi ça manque ? De tout le reste. Vous êtes d'humeur à écouter quelque chose de plombant, dépressif, fade ? Eh bien passez votre chemin, il y a de très bonnes formations pour vos tristes jours (sauf pour le « fade », faut pas déconner). Par contre, si vous aimez les enchaînements ciselés des violons envoyez-vous un bon coup d'Event Horizon et tout ira pour le mieux. ESSENCE OF DATUM, recommandé trois fois par jour par votre Cookie traitant.  

 

Cook

 

 

Line-Up : 

Peter Makarov : Basses

Pavlon Vilchitsky : Batterie

Dmtri Sarychev : Guitares

Dmtri Romanovsky : Guitares

Nationalité : Biélorussie

Label : Indépendant

Année : 2013

Tracklist :

01 - Soul Strings Theory

02 - Mixture Of Forms

03 - Wandering Route To Self

04 - Six Waves Of Existence

05 - Duality

06 - I. At The Heart Of Creation

07 - II. Labyrinth Of Broken Mirrors

08 - III. Beyond Horizon

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (6)

1. Cook 01/11/2014

Effectivement ^^. Au pire je leur fais une traduction bancale.

2. zoskia 31/10/2014

En même temps des Biélorusses qui pigent le Français ça doit pas courir les rues

3. Tankkore 31/10/2014

J'ai balancé ta chro au groupe Cookie, ils l'ont vu, mais ils ont pas du tout comprendre

4. zoskia 31/10/2014

J'adore ce côté branlette de manche, ça me rappelle quand j'écoutais beaucoup de Guitar Hero :) j'aime vraiment, en plus la pochette tabasse.

5. Cook 31/10/2014

Ha marrant, moi c'est Animals As Leaders que je trouve trop guindé. Trop de boucles, pas assez de folie... Enfin ça reste du lourd avec un son très typé, mais ça m'emballe moins.

6. Tankkore 31/10/2014

Arf, c'est un peu trop intello pour moi comme Metal technique instrumental... je préfère Animal As Leaders même si la forme n'est pas la même !

Par contre, Paolo Girardi pour l'artwork, c'est toujours la classe !!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!