SMOKE DZA + LIQID & TCHEEP + DELS

11 février 2015 // Club Transbo // Villeurbanne


 

Smoke dza

 

Rien de tel qu’un concert de Hip-Hop de temps en temps pour se ressourcer avec les bonnes vibes de l’asphalte musical. Cette fois-ci, c’est le rappeur de Harlem SMOKE DZA qui vient faire escale à Lyon en pleine tournée européenne. Pour cette date, au Club Transbo, les premières parties sont effectuées par le londonien DELS et le duo lyonnais LIQID & TCHEEP (dont on va beaucoup vous parler sur Acheron). Un plateau international pour une soirée placée sous le signe de l’éclectisme urbain !

 

Le Club Transbo est peu rempli lorsque Kieren Gallear aka DELS et son DJ montent sur les planches mais, peu à peu, une petite foule se forme devant la scène. Les premiers titres sont vraiment lourds et sombres, trempés dans des instrus synthétiques à souhait où les basses résonnent dans la salle. Le rappeur reste plutôt statique, accroché à son pied de micro, lançant ses lyrics dans un flow assez monotone, il faut l’avouer. Les lumières sobres collent à la perfection avec la pesanteur des prods, rendant l’aspect général aliénant puis, après quelques morceaux, le ton change, et la modernité des instrus laisse place aux beats old-school nourris de piano mélancolique (« Pulls », très beau). Le changement est un peu abrupt mais pas déplaisant, surtout que la suite du set naviguera entre les titres des 2 albums de l’Anglais, GOB (2011) et Petals Have Fallen (2014). Le style de DELS est assez posé dans l’approche, mélancolique dans l’esprit, du coup sur scène le tout manque sérieusement de punch et il faudra attendre le dernier morceau « Shapeshift » pour avoir enfin un semblant d’énergie communicative. À noter également que le DJ semblait parfois s’emmêler les boutons lors de passages entre deux instrus, ce qui en rendait certaines assez psychédéliques.

 

Après un petit quart d’heure d’attente dû au changement de matériel, c’est LIQID & TCHEEP qui grimpent sur scène, chacun affublé d’un masque en papier à l’effigie de DSK. Place à la bonne humeur et au Rap vivace de Liqid dont le set s’entame avec le génial « Madarabstractraptrack » de Tcheep, extrait de son album instrumental d’Oriental Trap, Oasis Mecanic. Pour la toute nouvelle setlist, les deux lascars vont piocher dans leur premier album commun fraîchement sorti, Imbéciles Heureux, dans le disque solo de Liqid, Liqid Contre Le Reste Du Monde (2013) et agrémenter le tout de quelques inédits. Du coup, on a droit à de bonnes doses de fun vitaminé lors de « La Vengeance Du Serpent » et « La Tête Dans L’guidon », des coups de semonces Electro sur « Au-dessus De La Pile » et « Cours Toujours » une incartade plus mélancolique avec « La Route », du groove sur « Warpzone » et du flirt extra-terrestre avec « Alien Blonde ». LIQID & TCHEEP sont des touche-à-tout mais savent mettre le public dans leurs poches grâce à leur dynamisme communicatif. Liqid fait participer le public, Tcheep s’occupe des backs, bidouille sa MPC et les deux se retrouvent pour lancer quelques sons improvisés tel un bœuf 2.0. Aucun temps mort, LIQID & TCHEEP proposent un Hip-Hop frais et punchy qui met du baume au cœur !

Setlist : Madarabstractraptrack (Intro) / La Vengeance Du Serpent / Imbéciles Heureux / Nos Putains D’vies / Warpzone / Liqid Contre Le Reste Du Monde / Interlude Tcheep / Tartelette Au Citron / La Route / Alien Blonde / La Tête Dans L’guidon / Au Dessus De La Pile / Cours Toujours / Le Goudron (outro) / Hamster

 

Le dernier round de ce soir est américain et se nomme SMOKE DZA. L’arrivée du rappeur et de son backeur se fait sous une ovation, et l’on ne peut pas dire que le gars de Harlem passe inaperçu avec son grand peignoir, noir et agrémenté d’une feuille de cannabis sur la capuche, sa bouteille de vin à moitié vide et son joint fumant au bout des doigts. Son nom n’est donc pas usurpé, ça sent la weed jusque dans les premiers mots lâchés à un public excité. Le backeur Aldo EBBM, est lui visiblement un gros fan de H. R. Giger au vu des œuvres imprimées sur son sweat et son t-shirt. Le départ est lancé et les grosses productions ricaines retentissent dans le Club Transbo, parfois Jazzy, parfois Trap mais toujours bien groovies, celles-ci jouent sur l’ambiance qui monte d’un cran dans la fosse. Smoke pose son flow fluide et nonchalant, Aldo fait monter la pression avec ses backs nerveux et ses jumps tandis que le DJ semble s’ennuyer méchamment une fois la chanson partie. Effectivement, en plus de ne faire que lancer les instrus, le gars, derrière les platines, s’accoude sur la table, le regard dans le vide, à la limite de la sieste. Finalement, son utilité se limitera à couper brusquement le son à chaque fin de morceau pour laisser Smoke finir le titre à capella. Certes, cela fait partie du show mais cela brise l’ambiance d’un coup et devient très vite énervant au bout de quelques titres. Cet aspect redondant mentionné, la grosse heure passée en compagnie de SMOKE DZA s’est avérée chaude et prenante, notamment dans une fosse acquise à la cause du Rap US !

 

L’ambiance de ce soir est montée crescendo, partant d’un DELS sympathique mais un peu trop sage jusqu’à un SMOKE DZA accrocheur mais souvent frustrant, en passant par un LIQID & TCHEEP énergique et joyeux. Le Hip-Hop sous toutes ses coutures.

 

Tankkore


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/03/2015

Rejoignez nous sur Facebook!