KLUB DES LOOSERS + SCHLAASSS

7 juin 2014 // Club Transbo // Villeurbanne


 

roulez jeunesse

 

Fuzati sans Detect est-ce encore le KLUB DES LOOSERS ? Car, effectivement, pour cette première édition du festival « Roulez jeunesse » - qui propose un croisement entre les univers du cyclisme et de la musique -, le rappeur masqué a troqué son Dj fétiche buveur de bibines contre un jeune live band sobre qui maîtrise son sujet. Une infidélité scénique qui rappelle celle, discographique, d’il y a quelques mois lors de la sortie de l’album « Grand Siècle », composé avec son vieil acolyte Orgasmic. Mais que fait Detect ? En tout cas, une chose est sûre, le KLUB DES LOOSERS en live c’est déjà bien mais en format « live band » c’est encore mieux !

 

Quelques minutes à peine après mon arrivée dans la petite salle du Transbordeur, le show débute déjà. Je pensais que ce serait les stéphanois de SCHLAASSS qui ouvriraient les hostilités mais pas du tout, le quatuor engagé par Fuz’ est en place et balance en ouverture de set le classique « Le Manège Des Vanités ». Dès lors, Fuzati débaroule sur scène, toujours une casquette vissée sur le crâne, son masque blanc fixé au visage, ses lunettes posées dessus et son flow intarissable en guise d’arme d’expression massive. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le duo versaillais, c’est la rencontre entre des instrumentations retro, plutôt jazzy, parfois un peu kitsches, dotées de samples chipés dans des vinyles poussiéreux, et des textes misanthropiques, métaphoriques ou non, bourrés de jeux de mots 3 étoiles. Néanmoins, l’exclusivité du soir était d’entendre les morceaux du KLUB DES LOOSERS prendre plus d’ampleur grâce au groupe live. Le bassiste fait groover l’ensemble avec ses lignes chaudes et rondes, le batteur bat la mesure dans un feeling de jazzman, le claviériste reprend les mélodies initiales en y ajoutant un patte plus live et le guitariste, que l’on entend peu au final, apporte une plus value rock’n’roll. Du coup, les titres deviennent plus chaleureux, ils s’achèvent de manière moins abrupte et les musiciens prennent leurs aises pour faire durer certaines parties comme lors d’un bon bœuf entre potes. Le jeu scénique est, du coup, plus fourni que si Detect avait été seul derrière ses platines, même si les quatre musiciens restent assez sages dans leur prestation.

Pour la setlist, Fuzati a pioché dans les deux albums du groupe, Vive La Vie et La Fin De l’Espèce avec une préférence pour le premier. Effectivement, en plus des hymnes « De l’Amour À La Haine », « Sous Le Signe Du V » et « Baise Les Gens » on a eu droit à des morceaux plus rares en live (il me semble) comme « Un Peu Seul » et l’excellent « Perspective ». L’opus La Fin De l’Espèce a également été bien représenté avec les devenus classiques « L’Indien », « Volutes » et « Encore Merci » ainsi que les mélancoliques « Destin d’Hymen » et « La Fin De l’Espèce », pamphlet anti-natalité. Pour autant, le combo n’a pas oublié la sortie de Grand Siècle, et en a joué également trois extraits, à savoir les singles « Sinok » et « Planetarium » ainsi que « La Violence ». Une setlist bien fournie et variée qui fait le bonheur d’une assistance chaude comme la braise, reprenant en chœur les punchlines les plus aiguisées de Fuzati et clamant les refrains cultes de « Dead Hip-Hop », « Sous Le Signe Du V », « Pas Stable » et bien sûr « Baise Les Gens ». Ambiance groovie, hochages de tête jazzy, balancements corporels chaleureux, les loosers nous ont pleinement ouvert les portes de leur club et on aimerait bien y rester désespéré et maudire l’humanité avec eux. Ah et j’oubliais, Fuzati a une nouvelle fois mis tout le monde K.O. avec un freestyle assassin étonnamment long. Casquette l’artiste !

 

Ce sont donc les Stéphanois de SCHLAASSS qui passent après le KLUB DES LOOSERS, running order assez mystérieux pour le coup. Pour tout vous dire je n’attendais pas vraiment grand chose du trio Rhône-alpin, au vu de mon rapide coup d’œil à leur dernier clip choc « Salope » ! Pourtant, SCHLAASSS tape pile-poil dans le Hip-Hop que j’affectionne : hargneux, Punk dans l’âme, look ravagé, productions nourries à l’Electro tapageur, double voix en contraste… une sorte d’accouplement sale entre les sud-africains de DIE ANTWOORD et les frenchies de STUPEFLIP. Charlie Dirty Duran, la blondinette, prend des poses sexy et provoc’ à l’instar de Yo-Landi Vi$$er, Daddy Schwartz, le grand sec tatoué, se la joue bad boy façon Ninja et tous deux beuglent dans le micro comme King Ju et Cadillac. Alléchant, non ? Oui, sur le papier seulement, car en vrai le trio (il y a effectivement un DJ, aka le Dix, caché dans un coin de la scène) n’a ni le charisme, ni les textes et ni le flow des rappeurs suscités. La provocation et la vulgarité ? Pourquoi pas, mais faut savoir doser et ne pas tomber dans l’excès comme ici où tout est prétexte à gueuler de façon bête et méchante. De plus, leurs flows et leurs textes, peu recherchés, semblent faits à l’arrache, ne sont pas vraiment en rythme, et ne possèdent aucune punchline mémorable. Des bons points ? Oui, les instrus électroniques de le Dix ne sont pas mauvaises, voire très bonnes par moment, et les gesticulations scéniques des deux rappeurs fonctionnent plutôt bien, même si c’est pour masquer la pauvreté textuelle. Trop vulgaires et tabasseurs pour être honnêtes, les charmes rebelles de la jolie Charlie, eux non plus, n’ont pas favorisé mon adhésion au set du groupe.

Comme dirait Fuzati : « Dans la vie rien est gratuit, sauf la violence évidemment ! »

 

Au final, ce set exclusif du KLUB DES LOOSERS a permis d’entendre et de voir une nouvelle facette des titres de Fuzati et Detect, dans leur aspect les plus organiques, les plus intimes, les plus lives ! Une prestation professionnelle et chaleureuse sur fond de textes tout sauf amicaux, avant le déballage scénique tonitruant, mais trop indigeste, de SCHLAASSS ! Il est mort le Hip-Hop ? Non.

 

Tankkore


 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/03/2015

Rejoignez nous sur Facebook!