DEATHCRUSHER TOUR

24 novembre 2015 // Transbordeur // Villeurbanne


 

Deathcrusher tour banniere

 

On peut dire que l’on est gâté en cette fin d’année ! Déjà que NILE et SUFFOCATION avaient su contenter les affamés de musiques extrêmes à la rentrée dernière, voilà que le Deathcrusher Tour s’arrête au Transbordeur de Villeurbanne. Mais qui compose cette tournée de furieux ? CARCASS, tout d’abord, légende du Deathgrind puis du Death Mélodique ; OBITUARY, ensuite, mastodonte incontesté du Death Metal floridien ; puis vient NAPALM DEATH, patron indéboulonnable du Grindcore d’hier et d’aujourd’hui et, enfin, VOIVOD, groupe culte canadien de Thrash Metal alambiqué. S’ajoute également HEROD, jeune formation suisse de Sludge progressive (d’après leur page Facebook).

 

Coïncidence ou non, j’arrive au Transbordeur lorsque VOIVOD vient de terminer son set. Il faut bien avouer que ce n’est pas pour le combo canadien que je me suis déplacé ce soir ni même pour les petits suisses d’HEROD d’ailleurs, ceci étant, ma curiosité musicale ne m’aurait pas empêché d’aller tendre une oreille à ces deux prestations si mon emploi du temps l’avait permis.

 

Ainsi, on entre directement dans le vif du sujet avec les King du Grind, NAPALM DEATH ! Que dire, à part que le quatuor a une nouvelle fois mis tout le monde d’accord avec une série de salves sonores agressives et intenses qui vous retournent l’encéphale. Autant j’avais été un poil déçu par leur prestation au Party San l’an dernier, autant revoir en salle Barney et sa bande vous met littéralement du baume au cœur et de la patate dans les guiboles. Danny Herrera est increvable en mode sulfateuse rythmique ; Shane Embury tient toujours la basse, malgré le nombre de projets musicaux qu’il accumule ; Barney, l’Unique, se montre toujours aussi affable et engagé lorsqu’il annonce les morceaux avant de basculer, une seconde plus tard, dans une furie vocale incontrôlable et puis Mitch Harris… ah non c’est John Cooke de CORRUPT MORAL ALTAR qui s’occupe, pour cette tournée, des riffs bouillonnants et des cris de sorcières. Côté setlist, on reste dans le classique malgré les quelques nouveautés extraites du nouvel album Apex Predator - Easy Meat telle la bordélique « Smash A Single Digit ». Le doublon atomique « Silence Is Deafening »/« When All Is Said And Done » lance les hostilités puis laisse place aux hits comme « Scum », « Suffer The Children », « Nazi Punks Fuck Off » et « You Suffer », toujours là où on ne l’attend pas. Furieux !

 

La foule semble s’épaissir encore un peu plus pour assister au show des maîtres du Death Metal pesant, OBITUARY ! Troisième session pour moi, comme pour ND d’ailleurs, et toujours cette impression de moiteur musicale qui vous force à headbanguer sur les titres lents et poisseux des Floridiens. Fini la véhémence primaire du set précédent, ici le Death est visqueux, il tente de se débattre lors d’accélérations soudaines, puis rend les armes face au groove putride plus fort que tout. Sur scène, changement d’ambiance également, les musiciens apparaissent à contre-jour, seulement éclairés par les spots arrière et John Tardy, lui,  peu communiquant, va et vient sur scène pour assurer ses courtes phases hurlées. Parlons-en, tiens, de ce râle inimitable qui se fait le meneur d’un Metal de la mort implacable et inchangé depuis plus de 25 ans. Le seul regret de cette messe morbide ? Sa durée trop brève. Deux extraits du nouvel album Inked In Blood (« Centuries Of Lies », « Violent By Nature »), quelques hits incontournables (« Bloodsoaked », « Find The Arise », « Don’t Care », « Slowly We Rot » notamment) puis la troupe américaine s’en va sous une ovation plus que méritée. Impérial !

 

Dernière légende à passer ce soir, j’ai nommé CARCASS ! Premier contact scénique avec la bande à Jeff Walker et j’avoue avoir pris un pied immense pendant ce set fougueux. Pourtant, c’est assurément le groupe que je connais le moins des trois, mais force est de constater que les Anglais ont une sacrée collection de tubes dans leur répertoire. Bien entendu, le quatuor a fait la part belle à son dernier méfait, Surgical Steel, réalisé en 2013, soit 17 ans après l’album de la séparation Swansong. Aujourd’hui CARCASS est plus vivant que jamais et délivre une prestation digne de son rang. Entre parties groovies, accélérations Thrash, blast-beats mortels et lignes mélodiques entêtantes, Bill Steer et ses comparses savent profiter de toute la palette qu’offre le Death Metal pour nous offrir un set varié et décoiffant, piochant (presque) autant dans leur première période plus extrême (« Exhume To Consume », « Reek Of Putrefaction », « Corporal Jigsore Quandary ») que dans leur seconde plus mélodique (« Buried Dreams », Unfit For Human Consumption », « Keep On Rotting In The Free World »). Sur scène, Jeff Walker semble vraiment heureux d’être là, interagit grandement avec le public conquis et annonce que le groupe n’a pas l’attention d’annuler sa tournée malgré les événements survenus en début de mois ! Increvable !

 

Tankkore


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Tankkore 03/12/2015

Oh que oui !!!

2. zoskia 02/12/2015

C'était vraiment le pied ce petit concert !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Rejoignez nous sur Facebook!