THE DAVE BRUBECK QUARTET : Time Out

classique de jazz pour les nuls

Ma dernière chronique, qui était paradoxalement ma première sur Acheron, s'attardait sur un représentant de la scène death tech. canadienne. Aujourd'hui, pour continuer dans une suite logique, je vais vous parler jazz, classique de jazz pour être précis. Où est le lien ? Me demanderez-vous. C'est très simple : la fausse réputation élitiste. Certes, le jazz est bien mieux perçu que la musique à tendance extrême, mais dans un certain sens le jazz est aussi extrême que peut l'être le death ou le black. Attention, je ne parle évidemment pas d'un point de vu ambiance. De plus, j'insiste sur le fait que cette introduction n'a aucunement pour but de comparer deux styles, qui s'ils ont des atomes crochus dans une certaine mesure, n'ont rien de comparable. Il est toutefois amusant de constater que le jazz a été pendant longtemps pointé du doigt, comme le fût le métal, comme n'étant pas un genre « noble ». Je n'ai pas pour vocation de vous faire un historique du jazz dans cette chronique (pourquoi pas un article à venir ? Je ne vous promets rien), néanmoins l'histoire d'un style peut nous éclairer sur bien des points le concernant musicalement. Revenons sur le concept d'élitisme pour le jazz. Si de nos jours le fait d'écouter ce style est socialement valorisant il dénote également d'un certain snobisme. Pourtant, le jazz est à la portée de n'importe qui à condition que l'on s'intéresse à la musique en tant qu'art entier et pas seulement un divertissement agréable (même si les deux vont de paire et que l'un nourri l'autre). En effet je dois vous avouer que je ne suis pas l'amateur le plus averti dans le domaine, plus je m'intéresse à la musique de manière globale plus le jazz paraît une évidence à mes oreilles. Alors certes je n'ai jamais vibré de la même façon que je prend une claque à chaque écoute d'un bon album de death tech. mais j'y trouve des choses très différentes et tout aussi riches. Donc si vous aussi vous n'êtes pas des adeptes de la première heure, lisez cette chronique et sait-on jamais, vous deviendrez peut être un auditeur de jazz régulier.

Pour vous faire entrer de plein pied dans ce style, je vous propose de commencer avec Time Out de THE DAVE BRUBECK QUARTET. Pourquoi ce choix ? Tout bêtement parce que chaque morceau est un classique du genre, maintes fois repris. Il y a peu de chance qu'en écoutant les sept pistes qui composes ce disque vous ne vous mettiez pas à siffloter une mélodie entendu au hasard dans votre vie.

 

Le parcours musical de Brubeck est un pilier permettant de comprendre l'étrange mélange entre technicité et simplicité que l'on trouve sur Time Out. Là aussi je ne vais pas trop m'étendre sur la biographie de Dave Brubeck. Cependant il me semble que certains éléments pourront éclairer mon propos. Donc la formation de Brubeck en accélérée : ce compositeur et pianiste américain aura appris la musique dès son plus jeune âge grâce à sa mère avant de devenir l'élève du compositeur français Darius Milhaud (qui incluait déjà du jazz dans son écriture « classique »). Notre Brubeck avait donc un bon bagage musical.

C'est en 1959 que sort Time Out. Et c'est un vrai exploit que parvient à produire THE DAVE BRUBECK QUARTET (Brubeck n'étant pas le seul compositeur de l'album, le saxophoniste Paul Desmond fait aussi sa part du travail comme l'écriture de « Take Five »). En effet, la musique de la formation apparaît à l'époque comme novatrice et avant-gardiste. Le quartet joue intelligemment les cartes qu'il a en main : on retrouve le swing jazzy et les mélodies habituelles du genre (notamment grâce au jeu de Paul Desmond tout en fluidité et en élégance) mélangés avec une écriture souvent plus complexe qu'elle n'y paraît (la signature rythmique de 5/4 sur « Take Five »). Malgré ce jazz ampoulé décomplexé, qui était une vrai nouveauté en 1959, l'engouement populaire propulsa la formation au rang de maître du jazz et Time Out devint un album culte (juste derrière Kind of Blue de Miles Davis). Aujourd'hui nombre de compositeurs de jazz s'inspirent encore de la musique du quartet américain. Mais pas que ! Écoutez « Three to Get Ready ». Tiens tiens mais ça me dit quelque chose ! Et oui, « Le Jazz et la Java » de Claude Nougaro. Quand je vous disais que tous les morceaux étaient des classiques.

Le phrasé entraînant et travaillé de Desmond est un vrai bonheur pour les oreilles, surtout quand il dialogue avec Brubeck qui tisse des mélodies aussi alambiquées qu'envoûtantes au piano. J'ai beaucoup parlé de ces personnages, mais n'oublions pas Eugene Wrigth à la contrebasse et Joe Morello à la batterie, qui offrent tous deux des prestations phénoménales à la session rythmique. Jetez une oreille sur le continuo d'introduction à la contrebasse sur « Pick Up Sticks » ou pour les percussions la performance discrète mais indispensable de Morello sur « Everybody's Jumpin' » avec ce break d'une sobriété à couper le souffle.

En 1961 la formation sortira Time Further Out qui poussera les expérimentations rythmiques du quartet dans ses derniers retranchements. Le succès fût moins marquant que pour leur œuvre précédente mais reste un monument de la musique « savante-populaire ».

J'espère vous avoir convaincu d'écouter ce Time Out et peut être même donné goût au jazz. Je ne pense pas chroniquer ce style de manière fréquente car je ne me considère pas encore prêt à parler de ce style avec la même aisance que d'autres scènes, néanmoins j'essayerai d'inclure de temps en temps des classiques (ou non) qui m'auront marqué. Sur ce, que le swing vous accompagne en toute chose !

 

Cook

 

 

Line-Up : 

Dave Brubeck : piano

Paul Desmond : saxophone alto

Eugene Writh : contrebasse

Joe Morello : batterie

Nationalité : Etats-Unis

Label : Columbia Records

Année : 1959

Tracklist :

01 - Blue Rondo a la Turk 

02 - Strange Meadow Lark

03 - Take Five

04 - Three to Get Ready 

05 - Kathy's Waltz

06 - Everybody's Jumpin'

07 - Pick Up Sticks

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!