THE PRODIGY : Nasty (Remixes)

attention, beat méchant !


 

Nasty remixes

 

2015 sera une bonne année ! Pourquoi ? Parce que FEAR FACTORY et THE PRODIGY, soit mes deux groupes préférés, sortent leur album respectif, ce qui annonce prospérité, bonheur et plaisir auditif. Si on a encore aucun détail concernant le neuvième album des papas du Metal Indus moderne, il en est tout autrement des légendes du Big Beat anglais qui ont déboulé en début d’année avec tout un tas de singles bien alléchants en prévision de leur nouvelle galette The Day Is My Enemy disponible depuis fin mars dernier. Cette bombe sonore électronique a effectivement déjà explosée - et quel souffle mes brigands - mais avant d’en parler en large et en travers, il serait de bon ton de revenir sur le premier extrait dévoilé au monde, l’excellent « Nasty ».

Sorti en digital le 12 janvier dernier, ce nouveau tube du trio british ressort sous forme d’EP le 2 février, toujours en digital, agrémenté de 3 remixes. C’est donc cette seconde sortie qui m’intéresse aujourd’hui, car en plus du titre original, les versions retravaillées par ZINC, SPOR et ONEN valent leur pesant de dirty beat.

Commençons du début avec le « Nasty » original. Malgré une légère déception à la première écoute, à cause de son manque d’originalité, il faut bien avouer après coup que le morceau est d’une efficacité sans pareil, Liam Howlett ayant toujours cette capacité, presque énervante, à trouver les mélodies qui tuent et les sonorités crasseuses, ou non, qui vont avec. Le titre s’ouvre sur ce riff acoustique semblant provenir d’un vieil instrument oriental puis vient se faire percuter par une caisse claire frénétique appuyée d’un beat lourd et lent. La machine s’emballe et la mélodie initiale se pare d’un traitement bien sale jusqu’à l’arrivée vocale d’un Keith Flint sous tension. Voilà, la base de travail est là, Liam n’a plus qu’à rajouter quelques sons discrets, mais indispensables, puis à faire une percée dans la masse synthétique pour laisser apparaître un break moins tendu, d’où s’échappe une mélodie typique de l’anglais mais en mode reverse. Une recette simple, certes, mais qui fonctionne depuis 25 ans maintenant avec une efficacité toujours renouvelée. Et même si l’on sait que le père Liam utilise beaucoup de samples chipés dans des vieux morceaux oubliés, il faut lui reconnaître un certain don pour leur redonner une seconde jeunesse de cette trempe-là.

Mais comment faire un bon remix quand l’original est déjà un tube ? Simple, il suffit de le faire muter dans un nouveau style tout en gardant le squelette sonore du morceau. Ainsi, le(s) mystérieux ONEN (aucune information sur l’artiste ou le groupe), s’accapare ce « Nasty » en y incorporant une grosse dose de Techno puissante. Seule la mélodie introductive est gardée et change de sonorité au gré des passages technoïdes bien énergiques et ceux plus organiques et groovy. Une version idéale pour faire passer THE PRODIGY dans les clubs trop frileux au Big Beat des britanniques. Il en est tout autrement du remix de SPOR, véritable bombe Drum & Bass qui vaut, à lui seul, l’achat de cet EP. Les vocaux rageurs de Keith Flint sont toujours là ainsi que le riff originel, mais avec un aspect plus mastoc. En nouveauté, la rythmique, bien évidemment, rapide et tribale comme dans tout bon titre Neurofunk, et puis cette mélodie acide et entêtante qui vient lancer les hostilités. Voilà un hit imparable à ajouter à votre playlist D’n’B ! Dernière version, et sûrement la moins mémorable, celle de ZINC qui, au final, ne s’est contenté que de dégraisser les mélodies de Liam Howlett tout ajoutant une séquence de batterie différente mais toujours ancrée dans le genre Big Beat. Sympathique, mais loin d’être indispensable.

Il est évident que cet EP ne s’adresse qu’aux fans purs et durs du combo de Braintree, mais la qualité intrinsèque des remixes pourrait largement intéresser les curieux qui veulent entendre comment le brûlot « Nasty » peut sonner avec différents apparats stylistiques. Pour les autres, allez écouter The Day Is My Enemy, c’est l’album référence de cette année dans le domaine Electro, point barre.

 

Tankkore


 

 


 

Line-Up :

Liam Howlett : Composition, clavier

Keith Flint : Chant

Maxim : Chant

Nationalité : Royaume-Uni

Label : Take Me To The Hospital / Cooking Vinyl

Année : 2015

Tracklist :

01 - Nasty

02 - Nasty (Zinc Remix)

03 - Nasty (Spor Remix)

04 - Nasty (Onen Remix)


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Tankkore 04/05/2015

Invaders est une perle mais il est assez court finalement, le nouveau est plus fourni et plus explosif,il est encore mieux je trouve.

2. zoskia 04/05/2015

Haha le clip est bien tordu, en revanche c'est vrai qu'à la première écoute rien de transcendant. En même temps je crois que je reste bloqué sur Invaders, j’arrive pas à me le sortir de la tête cet album...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 04/05/2015

Rejoignez nous sur Facebook!