SAM : Synthetic Adrenaline Music

agressivité technologique

SAM

 

« Sam, celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas » ! Effectivement, mais c’est également le nom du projet Industriel des frères Meyer (Joel et Daniel). SAM se veut l’acronyme de Synthetic Adrenaline Music, intitulé qui est également le titre de leur premier album sorti en 2006. Oui, il était temps que je parle d’Electro-Indus sur Acheron, car le mouvement est tellement peu répandu en France, qu’il faut bien veiller à propager la bonne parole quand on dispose d’une tribune, aussi modeste soit-elle. Découvert en live lors du 28ème Dark Dance Treffen à Lahr, en Allemagne, le jeune duo m’avait fait forte impression avec sa Techno agressive et industrielle. Retour donc sur le premier opus Synthetic Adrenaline Music bourré ras le disque d’hymnes technoïdes en puissance.

L’épopée digitale débute sur « Epic », morceau d’ouverture sombre et oppressant. Une mélodie froide retentit telle une sirène d’alerte suivie d’un beat puissant et de rythmiques industrielles grésillantes. Bienvenue dans l’enfer synthétique. Echelonné sur 18 pistes, cet univers obscur et métallurgique s’apparente à une véritable guerre entre cyborgs où la danse aurait pris le pas sur les armes. Bardée de samples vocaux en allemand (typique dans le genre), l’Aggrotech (pour Techno agressive) instrumentale de SAM se veut, la plupart du temps, basée sur le même schéma : une boucle grondante, prête à fissurer le sol, déboule avec fracas avant l’arrivée fatidique d’un beat techno assommant (« 24 Stunden », « Chaos And Confusion ») ; puis, le rythme est le plus souvent renforcé par des sonorités mécaniques claquantes (« Rorschachtest », « Time Envelope ») jusqu'à l’apparition d’une mélodie métallique et entêtante (« Hard Technology », « Ascent »). Le parfait assemblage entre basses écrasantes, froideurs industrielles et séquences hypnotisantes.

De plus, et notamment sur ce premier album, les frères Meyer n’hésitent pas à faire quelques incartades dans la Rhythmic Noise. Comme son nom l’indique, le « bruit rythmique » est certainement le genre le plus extrême des musiques dites industrielles, et se concentre exclusivement sur les rythmes mécaniques, la distorsion des beats et les sonorités robotiques. Véritables concasseurs de neurones, ces titres répétitifs, violents et anti-mélodiques se retrouvent en petite quantité sur ce Synthetic Adrenaline Music, à l’instar de « Syntaxe Error », Compactor », « Filter » et « Trapperfieber » dans une moindre mesure (plus dansant et mélodieux).

Alors oui, l’heure et quart d’Aggrotech sous adrénaline va être sûrement difficile à enchaîner pour le néophyte habitué à la soupe commerciale servie sur les ondes mais, par petite dose, il va vite devenir accro. Pour peu que l’on aime la rencontre entre la chaleur des boîtes de nuit et la froideur des usines désaffectées, préparez-vous à être dévoré à la sauce digitale.

 

Tankkore

 

 

Line-Up : 

Joel & Daniel Meyer

Nationalité : Allemagne

Label : ProNoize

Année : 2006

Tracklist :

01 - Epic

02 - Syntax Error

03 - 24 Stunden

04 - Chaos And Confusion

05 - Hard Technology

06 - Filter

07 - Black Rubber Dance

08 - Rorschachtest

09 - Time Envelope

10 - Enemy List

11 - Synthetic Vision

12 - Ascent

13 - Sex Und Gewalt

14 - Trapperfieber

15 - Compactor

16 - Therapie

17 - Zodiac Killer (Live Edit)

18 - 24 Stunden (Original Mix)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!