KNIFE PARTY : 100% No Modern Talking

like or die

Knife party 100 no modern talking ep

 

Toujours à la pointe du défrichage sonore, me voilà parti dans les sphères électroniques pour parler du vilain petit canard du genre, le Dubstep. Celui-là même qui, tel un mastodonte synthétique écrasant tout sur son passage, est apparu distillant son venin schizophrène dans les genres organiques comme la Pop, le Reggae, le Rock et le Metal. J’ai résisté un temps à cette invasion musicale et puis, finalement, j’ai succombé aux attaques répétées du colosse, j’ai acheté quelques EPs de SKRILLEX, j’ai adoubé l’expérience Dubstep de KORN sur The Path Of Totality et je suis heureux comme un pape aux soirées EZ! de Lyon. Du coup, c’est à vous, chers lecteurs, de passer du côté step de la force et, en cela, le premier EP de KNIFE PARTY fera grandement l’affaire !

Mais qui est donc KNIFE PARTY ? Pour ceux qui ont déjà vogué sur l’océan des musiques électroniques ou se sont déjà aventurés dans la rubrique Electro des Archives d’Acheron, vous connaissez sûrement PENDULUM, fer de lance international de la Drum&Bass éclectique et grand public. Ce sont donc deux des trois têtes pensantes de PENDULUM, à savoir Rob Swire et Gareth McGrillen, qui ont formé KNIFE PARTY un an après la sortie du dernier album Immersion en 2010. Le Pendule étant toujours en pause indéterminée (un album devrait arriver bientôt, paraît-il), la Fête du Couteau en a profité pour faire péter les charts de bassmusic avec des EPs 4 titres de haute qualité. En attendant la sortie, tout juste annoncée, du premier album Abandon Ship, revenons en 2011 avec le premier EP du duo 100% No Modern Talking.

Le premier titre, « Internet Friends », est un hymne Electro à lui tout seul, de son Dubstep fédérateur à son concept 2.0 de femmes larguées assoiffées de vengeance (le clip totalement fun - officiel ou non -, visible en fin de chronique, vous éclairera sûrement). Dès l’entame, l’imposante basse métallique martèle sans prévenir, rehaussée par un sample de voix féminine posant tout un tas de questions à un individu mâle, puis, le beat s’efface, des rapides claquements de talons s’approchent, un ding-dong retentit, quelqu’un frappe violemment à la porte, fait sonner un iPhone et finit par casser la vitre… surgit alors le slogan devenu culte « You block me on Facebook, now you going to die ! ». La pression monte, quatre bruits stressants, à la Psychose, se font entendre et le titre éclate enfin dans un débauchage jumpy, complètement addictif, dopé par des mélodies mémorables et quelques bidouillages aigus chers au style. S’en suit, alors, « Destroy Them With Lazers », plus futuriste, avec ses tirs de lasers qui s’accélèrent pour laisser place à des grosses basses sautillantes et fournies en trifouilles synthétiques, à l’instar du morceau précédent. Un pont plus atmosphérique vient rompre l’ensemble avant que la charge d’adrénaline sonore revienne en force et laisse place à un « Tourniquet » plus accessible. Certes, les boucles utilisées sont plus tonitruantes que sur le reste de l’EP, mais les claviers perçants donnent au titre un côté grandiloquent, un poil tape à l’œil pour moi. Pour terminer dans les règles de l’art, KNIFE PARTY s’évertue dans le Raggastep avec « Fire Hive » et, si le « Make It Bun Dem » de SKRILLEX ne vous est pas étranger, alors vous ne serez nullement dépaysé. Habituellement, le Reggae me facilite le transit intestinal mais, lorsque les mélodies tropicales sont couplées à des basses puissantes, à des séquences qui partent en live et à une batterie Dubstep lente et pesante, alors j’apprécie le cocktail avec un plaisir coupable.

Finalement, à part sur « Fire Hive », la rythmique tient plus de la Techno jumpy que du Dubstep, mais ce 100% No Modern Talking reste tout de même ancré dans le style grâce au travail sur les boucles synthétiques et saccadées.

 

Vous hésitez encore à vous convertir? KNIFE PARTY est sympa et vous offre ce premier EP en téléchargement gratuit. Vous cliquez ici, puis sur « download » et prenez du bon temps, c’est cadeau !

 

Tankkore

     

  

Line-Up : 

Rob Swire & Gareth McGrillen

Nationalité : Australie

Label : Earstorm Records

Année : 2011

Tracklist :

01 - Internet Friends

02 - Destroy Them With Lazers

03 - Tourniquet

04 - Fire Hive

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!