BEAUVERGER, STEPHANE : Chromozone

cette page contient le virus du chromozone !

Aujourd'hui on va parler SF, française qui plus est. C'est vrai que l'adjectif franchouillard accolé au mot science-fiction peut en faire rire certains. A tord ! Surtout depuis ces dernières années où le nombre d'auteurs, de bons auteurs, se sont mis à l’œuvre ou on tout simplement bénéficié d'une meilleure visibilité. STEPHANE BEAUVERGER, l'auteur du livre dont je vais vous parler dans ces lignes, est l'un de ces talents francophones. Écrivain français de Science-Fiction au sens large (c'est à dire qu'il touche à de nombreux sous-genre de la SF) M. BEAUVERGER suivit des études de journalisme, pour aller ensuite travailler chez Ubisoft et Blizzard avant d'entrer à la Volte (maison d'édition qui publie entre autre les œuvres de ALAIN DAMASIO). Il a publié son premier roman en 2005 et c'est de celui-ci dont nous allons parler présentement : Chromozone.

 

chromozone

 

L'univers du roman est ancré dans le monde que nous connaissons, à ceci près que nous nous retrouvons projetés quelques années dans le futur. Et quel futur ! On peut dire que c'est un sacré bordel. Entre les catastrophes engendrées par la stupidité humaine et les méga-corporations qui essayent de prendre le pouvoir ou encore les cultes religieux aussi nombreux que protectionnistes, l'humanité court au désastre. Tout découle d'un événement majeur : la contamination de tous les appareils électroniques par un virus surpuissant appelé le Chromozone.

On navigue donc dans des villes à l'ambiance pots-apocalyptique mais également dans des complexes technologiquement avancés contrôlés par des entreprises pas toujours très portées sur l’éthique dans la mouvance du cyberpunk. Au final, le genre est un peu bâtard, mais celui qui convient le mieux ici est : l'anticipation ou la dystopie. En effet, BEAUVERGER utilise de nombreuses problématiques qui prennent naissance à notre époque. C'est d'ailleurs l'une des forces de ce roman, nous faire réfléchir sur des sujets actuels par le biais d'un point de vu qui va au-delà de notre perception des choses à l'instant t. C'est d'ailleurs l'une des caractéristiques principales de ce courant dont vous reconnaîtrez sûrement l'un de ces représentants les plus connus, au hasard, entre ALDOUS HUXLEY, RAY BRADBURY, GEORGE ORWELL... À travers son livre, BEAUVERGER tente de nous faire réfléchir sur nos croyances (pas seulement religieuse, mais également spirituel, le moteur de ce qui nous fait vivre), le bien fondé de l'évolution débridée et tout simplement la tolérance vis-à-vis de ceux qui ne nous ressemble pas. Sur ce dernier point, une explication est nécessaire. Après la crise entraîné par le virus, les populations humaines ont dû se regrouper en différentes communautés parfois complètement coupées du reste du monde. Les ressources sont devenues rares et difficiles à trouver créant un climat de méfiance générateur de conflits, souvent armés.

D'un point de vu du scénario, je dirais que l'histoire est divertissante à défaut d'être captivante, c'est normal Chromozone n'est que le premier tome d'une trilogie qui, je peux vous l'assurer, gagne en intérêt et en sens au fur et à mesure de la lecture. Néanmoins, dans ce premier volume, on est rarement stupéfait par les événements quand on est habitué au genre, sauf dans de rares exceptions que je ne citerais pas pour vous laisser le plaisir de les découvrir. Pareil pour les personnages. On ne s'accroche pas trop à eux, ils ne sont pas particulièrement touchant, sans être bâclé et ils s'étofferont au cours du récit (même si, personnellement, je ne suis toujours pas convaincu par aucun d'entre eux une fois le troisième opus refermé). Les chapitres sont découpés entre les différents personnages, ce qui donnent un bon rythme à l'ensemble. L'auteur utilise ce procédé à bon escient. Chaque personnage débute le roman à des zones géographiques différentes, ce qui permet d'avoir une bonne vue d'ensemble de la situation planétaire (peu reluisante). La narration est fluide et agréable. Les différents registres de langage cohabitent de manière élégante.

Pour conclure, je dirais que ce premier roman/tome fait partie du haut du panier dans le genre en France et je le conseil vivement au vétéran et au néophyte de la SF en général.

 

Cook

 

Auteur : Stéphane Beauverger

Editeur : La Volte

Année : 2005

Illustration de la couverture: Corinne Billon

Decitreredim

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (4)

1. zoskia 30/07/2015

Livre terminé hier. J'aime bien le côté post-apo et la réflexion sur l'homme privé des machines qui se divise en clan. Un roman extrêmement sombre et qui pourrait (pourquoi pas) faire office de prophétie . Après, comme tu le dis Chromozone est divertissant, surtout sur la fin où l'action est bien présente. Merci pour la découverte ;)

2. zoskia 25/10/2013

Il est toujours au chaud mon Tank', il n'attend que toi.

3. Tankkore 25/10/2013

Ouaip ça peut carrément me brancher également !! Pour ça faudrait que je me remette à lire, mais ça va pas tarder, y a le Coldheart Canyon qui m'attend chez Zos' :)

4. zoskia 25/10/2013

Moi je dis pourquoi pas ! niveau lecture tu m'as toujours conseillé du bon, je rajoute à ma liste !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!