BRUSSOLO, SERGE : Le Puzzle De Chair

Le puzzle de chair grande

 

 

Il y a des fois, comme ça, ou, je m’emmerde. Ces moments sont tellement rares que je me permets de le signaler ici, même si tout le monde s’en tamponne le coquillard. Pour ceux que ça intéresse en revanche, vous vous contentez vraiment de peu… C’est donc en me lançant dans une fouille hasardeuse dans ma bibliothèque en quête d’un truc à se mettre sous la dent afin de briser mon ennui que je tombe nez à nez avec Le Puzzle De Chair de SERGE BRUSSOLO, et pour être honnête, moi qui me fie énormément à la couverture d’un livre, j’avoue avoir été plutôt rebuté par celle-ci. Mauvais point. En même temps, cette collection Fleuve Noir Anticipation n’a jamais véritablement pondue de chez d’œuvre niveau couverture, et j’en sais quelques choses puisque quand j’étais gone, mon oncle avait une grande partie de ces horribles bouquins. C’est donc depuis l’enfance que je côtoie ces livres poussiéreux, et encore une fois je suis sûr que tout le monde s’en cogne. Quoi qu’il en soit, le livre est court et ce format, tu prends, tu lis, tu jettes est mon trip du moment alors pourquoi pas me dis-je ? Ne connaissant l’auteur que de réputation et l’occasion se présentant, je plonge en moins de cinq minutes dans l’univers de BRUSSOLO, un peu à l’aveuglette je dois bien le dire. Je vous signale aussi au passage que vous pouvez reprendre une lecture normale et que je ne ferais plus d’allusions à des expériences personnelles (le monde s’en voit soulagé).

 

Le Puzzle De Chair 



 

Elsy est habilleuse pour la grande danseuse étoile Léonora. Malgré tout son talent, la danseuse s’avère être un tyran avec son employé, alors quand celle-ci se fait dérober ses chaussons de ballet, la crise est proche. Heureusement, peu de temps après les fameux chaussons refont leurs apparitions, mais explosent en pleine représentation, mutilant les pieds de la star. Ceci marquera le début d’une vague d’attentats qui visent à détruire tout ce qui touche à l’art et plus particulièrement aux artistes. Les mains des pianistes explosent, les acteurs sont défigurées, bref les Vandales ont infiltré le système, et ils comptent bien faire le plus de mal possible. Elsy, elle, se retrouve par un concours de circonstances suspecte dans l’affaire et tente de fuir loin des ennuis. Mais après moult péripéties, Elsy se retrouve dans la merde jusqu’au cou (forcement), enfermée dans un bunker avec plusieurs autres personnes. Sa seule alternative est un deal proposé par son geôlier qui lui soumet un plan pour se faire un max d’argent en échangeant ses membres par un obscur procédé indolore contre ceux des stars qui souhaitent mettre leur gagne-pain à l’abri de peur que les Vandales ne leur fassent sauter les mains, les pieds, etc. Elsy devient une sorte de « puzzle » humain, gardienne de membres qui ne lui appartiennent pas…

 

Alors concrètement Le Puzzle De Chair, ça donne quoi ? Et bien je dois dire que je suis assez surpris du nombre d’éléments que BRUSSOLO apporte à son histoire en si peu de pages. Certes, l’impasse est faite sur la psychologie des personnages ce qui laisse sans doute plus de place à l’histoire, il n’en reste pas moins que l’auteur arrive à planter le décor avec aisance. L’histoire se déroule dans le futur, et BRUSSOLO, sans en rajouter des tonnes, met en place certaines idées (farfelues j’en conviens, comme avec les Dum Dum) qui arrivent à nous immerger rapidement dans ce monde particulier. 
La première partie du roman se déroulera donc dans un paysage urbain et futuriste où BRUSSOLO laissera libre cours à son imagination et plantera son intrigue autour des Vandales, même si ceux-là ne représentent que le fond du roman au final. Ils sont là, ils agissent, mais servent de tremplin à l’intrigue afin de pouvoir développer autour de ce phénomène d’attentat et qui permettra à l’auteur de nous amener sur la seconde partie du roman qui prendra vite une tournure de huit clos (avec son lot de gadgets et de pièges mortels rassurez-vous). En effet, à partir du moment où Elsy va se retrouver enfermée, le roman va se transformer en survival, et croyez moi que BRUSSOLO met le paquet niveau cochonneries en tout genre. Le Monsieur nous gratifie de quelques passages hardcore et s’approche parfois du style STEPHEN KING dans ses descriptions de scènes salasses. D’ailleurs, au même titre que le Maître, la lecture est fluide et sans encombre, BRUSSOLO va droit au but et ne perd pas de temps ajoutant au passage un rythme soutenu indispensable dans ce genre de format cours.
La deuxième partie quant à elle est menée tambour battant, l’histoire décolle réellement même s’il est vraiment difficile de voir où l’auteur veut nous emmener. C’est d’ailleurs la première fois que je lis un livre sans savoir où je vais vraiment et la sensation est assez déroutante, mais BREF, les échanges de membres commencent et les plans d’évasions se concrétisent pour aboutir sur un final sans grande surprise, mais qui donne la sensation de pouvoir respirer à nouveau tellement le récit est dense et haletant (surtout sur les dernières pages.).

 

Le petit bémol, mais qui n’en est pas un finalement vu que l’auteur avait le parti pris d’un texte court et rythmé, est le manque de profondeur du (des) personnage. Elsy, qui est présentée au début comme assez introvertie et au bord de la dépression de travailler avec la diva tyrannique, se retrouve à endurer sans broncher les pires atrocités sexuelles ou physiques par exemple une poignée de pages plus tard. Alors je sais bien que, par instinct de survie, nous sommes loin d’imaginer nos réactions, il n’en reste pas moins que cette incohérence peu faire tiquer (et à titre personnel, je préfère la Elsy en mode warrior). Le reste des personnages (et notamment ceux du bunker) sont présentés simplement comme des zombies décérébrés, qui, pour passer le temps, baisent et se cament à longueur de journée.

 

Hormis donc cette couverture horrible (si si j’y tiens), Le Puzzle De Chair démontre toute l’étendue du talent de BRUSSOLO qui se retrouve ici condensé en moins de 200 pages. L’intrigue est prenante, les idées se tiennent, les ambiances sont parfois assez pesantes et le tout est amené intelligemment. Un livre que je recommande si vous avez une heure à passer dans un univers dangereux à mille parsecs de votre chez vous bien confortable.

 

 

ZoSKiA

 

 

Auteur : Serge Brussolo

Editeur : Anticipation

Année : 1983

Sites dédiés à l'auteur :

Site officiel de Serge Brussolo

Facebook de l'auteur

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. zoskia 02/06/2014

C'est un peu ce qui est ressorti de ma première lecture, un univers assez personnel. Si tu as des livres de lui à me conseiller, je suis preneur.

2. Cook 02/06/2014

Ha M.Brussolo... J'aime bien ses idées, moins ses textes, même si on passe un bon moment en les lisant en général. Le sieur sait parfaitement comment créer un univers avec quelques éléments caractéristiques pour broder son histoire autour.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 26/01/2015

Rejoignez nous sur Facebook!