CLAVEL, FABIEN : Feuillets De Cuivre


 

53779


Pour ceux qui ne me connaissent pas encore très bien, j’avoue que je suis parfois un garçon embêtant (pour rester poli). Il m’arrive d’être borné, obtus, fermé d’esprit et quand votre serviteur a décidé de ne pas aimer quelques chose, et bien il n’aime pas, sans forcément chercher à comprendre pourquoi. C’est le cas avec Sons Of Anarchy, les choux de Bruxelles, Frank Herbert et le steampunk, dont il est question aujourd’hui. Cependant, pour être franc, il m’arrive souvent de changer d’avis, une fois que ma mauvaise foi a laissé place à un instant (d’intense) lucidité. Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis parait-il, j’y crois. Par contre, vous ne me ferez jamais manger de choux de Bruxelles, sauvages.
Quel ne fût donc pas mon défi de mettre le nez dans mon premier roman steampunk. Mon seul contact avec le style ne provenait que de photos de cosplay et de quelques vagues notions de cet univers à part. L’imagerie et surtout la période de laquelle est extrait le style ne m’attirent pas du tout, ça ne s’explique pas. Seulement pour ce Feuillets De Cuivre de Fabien Clavel, tout est différent.

Déjà, la préface du livre arrive à poser les bases du schmilblick et permet au lecteur inexpérimenté d’aborder le roman avec une explication claire de ce qu’est le steampunk, de ses origines à ses codes. Ensuite vient le roman. Enfin le roman… oui et non.
Au premier abord, Feuillets De Cuivre n’est pas vraiment une histoire puisque nous suivons une série de meurtres qui se présentent presque sous forme de nouvelles, tenues dans un journal. Ces récits mettent en scène Ragon, un enquêteur qui a la particularité de résoudre les crimes en se basant sur les livres qu’il a lus. Tout est dans les livres. Ce personnage haut en couleur (et à la corpulence éléphantesque) possède un sens de la déduction hors du commun et n’hésite pas à nous expliquer le cheminement de son raisonnement au cours des enquêtes. Du coup, les références littéraires sont légion et constitue un vrai régal pour les amateurs de littérature.
La deuxième partie du roman quant à elle, n’est que le reflet de la première. L’inspecteur est toujours confronté à une série de meurtre mais n’aura pas affaire à des assassins différents mais bien à son ennemi le plus dévoué, qui mettra ses réflexions à rude épreuve. Ragon devra remonter le fil de ses enquêtes, jusqu’au final où il découvrira le nom de son ennemi.
L’univers dans lequel évoluent les personnages est à mille lieues de ce que l’on peut attendre du steampunk. Ici, point d’inventions farfelues, de rouages et des lunettes d’aviateurs, bien au contraire. La limite entre le plus simple roman se déroulant à l’époque Victorienne et le roman steampunk est vraiment très fine. Quelques touches de magie par-ci, un peu de paranormal par-là (voir même de SF à un moment) mais surtout ce Paris uchronique, cette propriété propre au style, nous place directement  dans un roman du genre, où se côtoient Maupassant, Verne et Goncourt, ces auteurs qui ont apportés tellement à la littérature française.
Toutes ces références et personnages sont soutenus par une écriture limpide qui nous fait tourner les pages à une vitesse folle. L’auteur arrive à nous scotcher au livre pour savoir comment s’en sortira Ragon que nous prenons vite en affection. Il manque cependant clairement de personnages secondaires digne de ce nom, bien que les deux présents aux côté de l’inspecteur soient attachants eux aussi.

Que dire à part que la surprise fut bonne ? L’intrigue est bien menée et originale une fois que son mécanisme est assimilé, l’inspecteur fait son show tout au long du livre et l’objet en lui-même est sublime avec sa couverture cartonnée et son style ancien. L’expérience avec mon premier roman steampunk est un bon point et puis c’est sans compter sur les édictions ActuSF pour nous proposer des romans qui sortent de l’ordinaire.
Les amateurs du genre y trouveront-ils leur compte ? A vrai dire je n’en sais rien. En revanche ce Feuillets De Cuivre constitue une très bonne entrée en la matière pour peu que l’on apprécie les romans policiers et que l’on veuille se familiariser avec le steampunk.

 

 

Zoskia


 

 Auteur : Fabien Clavel

Editeur : ActuSF

Année : 2015

Blog de l’auteur : http://clavelus.blogspot.fr/

decitre logo 


1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. zoskia 01/12/2015

Je me soigne j'te jure !

2. Tankkore 27/11/2015

Belle couv' et belle chro !! C'est vrai que t'es borné en plus :p

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 11/04/2016

Rejoignez nous sur Facebook!