DEPONIA : The Complete Journey

des trios gagnants ! jouez au jeu et vous comprendrez


 

On ne parle pas souvent de jeux-vidéo sur Acheron, il suffit de voir la liste des articles dans les archives... L'étagère est vide ! Pourtant les Trois Pères ne sont pas les derniers quand il s'agit d'apprécier des œuvres vidéo-ludiques (ni les premiers d'ailleurs).

La seule chronique qui encombre les rayons « JV » fut également rédiger par ma main. Mais si vous savez ce jeu totalement en adéquation avec l'état d'esprit actuel en ce qui concerne les grosses productions (beau mais creux). C'est pourquoi aujourd'hui nous allons nous intéresser à un vieux genre du divertissement virtuel : le point'n click ou jeu d'aventure en français. Si ce type de loisir graphique est ancien, il se voit souvent remis au goût du jour que se soit au niveau des mécaniques ou bien d'un point de vu esthétique. Le jeu que j'ai sélectionné pour cette article est l'un des nombreuses œuvres du genre que le studio allemand DAEDALIC Entertainment nous offre depuis quelques années. Il s'agit donc de Deponia ! Et quand je parle d'un jeu, je devrais plutôt écrire une trilogie. En effet, du premier au dernier volet de la série, il n'y a pas vraiment d'évolution côté gameplay (avec tout de même des différences, vous verrez bien bande d'impatient !) et technique, il m'a donc semblé plus logique de vous proposer un condensé. Allez plongeons-nous dans l'immense dépotoir qu'est l'univers de Deponia.

 

Nat games deponia complete journey 790x484

 

Car oui, ce qui marque en premier lieu quand on commence la série, c'est son ambiance. Vous vous retrouvez entouré de bric et de broc dans lequel les détritus côtoies les inventions les plus folles. Ces dernières sont d'ailleurs souvent le fait du personnage principal que vous incarnez : Rufus. Menteur, couard, égocentrique... L’antihéros que vous allez devoir supporter du début à la fin est probablement le pire ami que vous pourriez imaginer. Cependant, au cours de l'aventure vous en viendrez à vous y attacher au gré des obstacles que vous affronterez et que l'histoire se dévoile. Car le second point fort de Deponia est sans conteste son scénario. Attention, ici je parle de mise en scène plus que de l'originalité de la trame : Rufus, inventeur farfelu et égoïste, veut rejoindre Elysium la cité volante pour ne plus avoir à subir les remontrances de la population de Kuvaq, la ville/déchetterie dont il est issu. À ceci s'ajoute une romance, pas trop niaise (le jeu s'ouvre juste après une rupture amoureuse) voire parfois complètement frappée, la menace de la destruction de Deponia tout entière (j'ai oublié de précisé que le titre du jeu fait référence au nom de la planète où se déroule l'aventure). Mais plus encore qu'un enchevêtrement de trames narratives, le jeu aborde des sujets sérieux (la différence et le rejet qu'elle entraîne, par exemple, classique mais présenté ici de manière intéressante de par le comportement du personnage principal), sans pour autant utiliser un ton moralisateur. En effet, la légèreté et l'humour prime sur le reste. Entre les situations loufoques qui mènent à des énigmes à l'objectif parfois difficile à comprendre et les dialogues à mourir de rire difficile de ne pas serait-ce qu'esquisser un sourire.

D'un point de vu technique, le jeu a une patte graphique bien à lui, ce qui est toujours un plus. L'animation hors cinématique n'est pas parfaite mais tient la route tout de même. Ce qui m'a le plus marqué au niveau artistique ce sont les musiques : sonorités étranges, ambiance disco, hymnes patriotiques et ballades acoustiques, la diversité est au rendez-vous autant que la qualité ! La difficulté des puzzles peut par contre être un frein pour les joueurs les moins patients (à moins de s'équiper d'une solution trouvée sur le web, un peu triste pour un jeu d'aventure...), de plus certains objets indispensables pour avancer sont parfois bien cachés ou laborieux à distinguer (combien de fois ai-je tourné en rond alors que j'avais manqué une breloque après un ratissage complet de la zone ?). Cependant ces dernières lignes ne doivent pas vous alarmer, une fois que vous aurez intégré la logique du jeu les choses iront plus vite, de plus il est possible de passer les énigmes sous formes de mini-jeu si ce n'est pas votre tasse de thé.

En conclusion, la trilogie Deponia est l'un de mes coups de cœur en matière de jeu vidéo tout genre confondu. Certes le point'n click n'est pas le plus trépidant, toutefois il permet de raconter des histoires passionnantes. Je ne vais pas m'étendre plus, cependant j'aimerais faire une mention spéciale à la fin qui clôt la série de manière intelligente, touchante, amusante mais aussi frustrante, je n'en dis pas plus...  

 

Cook

PS: les informations ci-dessous concerne Deponia : the Complete Journey qui compile les trois jeux et ajoute quelques bonus.


 


 

Développeur & Éditeur : DAEDALIC Entertainment

Année : 2014

Genre : Point&Click / Aventure

Supports : PC / Mac


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Cook 14/09/2014

Machinarium je connais mais je n'y ai pas encore joué.

Je peux prêter le premier et le dernier vu que le second je l'ai sur steam.

2. zoskia 14/09/2014

Graphiquement, ca me parle et chroniquement aussi, bien que le point'n'click ne soit pas mon truc. Si l'occaz se présente c'est avec plaisir (sous entendu, si tu l'as je te le piquerai bien...)

3. Tankkore 14/09/2014

Je connaissais pas ce jeu, mais ça me botte bien ce truc ! Le concept point'n click + décharge me fait pensé un petit jeu nommé "Machinarium" je ne sais pas si tu connais Cookie ?

Je devrais en faire une dans pas longtemps de chro JV, ça va se renflouer petit à petit !!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 25/03/2015

Rejoignez nous sur Facebook!