AGE OF EMPIRES : The Age Of Kings

longue vie aux rois


 

The Age Of Kings

 

Bien que je ne sois pas un grand gamer, j’ai toujours été attiré par les arts digitaux et certains jeux qui m’ont occupé quelques soirées hivernales. Comme je consacre peu de temps à ce loisir et que je suis, en plus, un adepte de la finition complète d’un jeu, il est donc compréhensible que je ne possède que peu de titres vidéo ludique. Mais passons, pour ma première chronique jeu vidéo c’est un titre de la série culte AGE OF EMPIRES qui va passer dans ma moulinette littéraire. Si cette série a marqué les adeptes de stratégie et les joueurs PC aujourd’hui, c’est son adaptation sur Nintendo DS qui nous intéresse. The Age Of Kings est sorti en 2006 sur la console portable de Nintendo, a été développé par Backbone Entertainment et édité par Majesco Entertainment, bien connu pour ses jeux profonds et raffinés tels que Cooking Mama ou Hello Kitty Party. À noter que cette version au contenu amoindri, portage direct du titre éponyme sorti en 1999 sur PC, garde l’essentiel des notions de stratégies qui font de AGE OF EMPIRES une série majeure.

 

Pour le fond historique, The Age Of Kings se penche sur les grands chefs d’armées et les conquérants mondiaux du 12ème siècle (principalement) et récapitule leurs faits d’armes les plus marquants à travers cinq ou six missions. Ainsi, on débute dans la peau de Jeanne d’Arc (seule héroïne du 15ème siècle) - pour un didacticiel qui va rapidement se corser - où l’on revit notamment l’escorte du Dauphin Charles vers Chinon, le siège d’Orléans et le sacre du Dauphin à Reims ; on part ensuite au Japon pour suivre les conquêtes de Minamoto Yoshitsune (qui deviendra le premier shogun de l’histoire) avec ses batailles contre son cousin Minamoto no Yoshinako, sa victoire contre le clan Taira à Ichi-no Tani et Yashima ou encore sa résistance face à l’invasion mongole ; on continue logiquement sur les terres de Mongolie sous le commandement de Genghis Khan où l’on retrace son union des tribus nomades, son ascension en tant que chef suprême, sa victoire sur les Tatars et son invasion du Japon (même bataille qu’avec Yoshitsune, mais nous sommes les envahisseurs cette fois-ci) ; on se déplace ensuite en Orient sous les traits de Saladin reconstituant ainsi son affrontement contre Renaud de Chatillon, ses batailles à Hattin et Arsuf ainsi que sa prise de Jérusalem ; enfin, pour finir, c’est Richard Cœur de Lion, au cours la troisième croisade, que l’on va suivre pendant sa conquête de Chypre, le siège d’Acre et la prise de Jérusalem à nouveau. Une leçon d’Histoire, accélérée certes, mais qui donne un cachet certain à cet épisode de la série surtout que chaque mission est introduite et achevée par une légende expliquant la tournure des évènements et est accompagnée d’illustrations reprenant les codes des peintures et tapisseries médiévales.

Dans sa forme, le studio Backbone reprend les mêmes codes que le jeu de wargame stratégique Advance Wars : Dual Strike sorti un an auparavant sur la même console. Fini donc le jeu en temps réel où l’on doit rapidement préparer sa défense et constituer son armée dans l’attente d’une attaque éminente de l’ennemi, non ici, c’est au tour par tour que l’on procède, le joueur et l’I.A. attaquant et ripostant l’un après l’autre. Cela permet donc de prendre son temps pour adopter la meilleure stratégie, sachant que chaque unité ne peut opérer qu’une seule action par tour. À part lors de certaines missions d’escarmouches où le but est de défaire votre adversaire tout en subissant le moins de perte dans vos rangs, la phase la plus importante est d’établir votre ville afin de générer des unités. Les villageois servent donc à construire votre centre-ville, puis les bâtiments annexes (4 maximums autour du centre-ville) et des tours de protection si vous avez assez de temps et de ressources. Car oui, comme dans tout AGE OF EMPIRE, sans ressource vous ne pourrez pas faire grand chose et ici elles ont été réduites à 2 : la nourriture et l’or. Vous trouverez donc sur votre carte (en vue de trois/quart) de nombreuses zones fertiles pour construire des moulins et des fermes ainsi que des filons d’or pour installer des mines. Une première étape essentielle qui permet ensuite de gagner des ressources à chaque tour pour pouvoir construire d’autres bâtiments, créer des unités ou financer des recherches pour améliorer vos forces armées et vos constructions. Une fois vos bâtiments sur pied vous pouvez passer à la constitution de votre armée en créant des unités diverses et variées. La caserne s’occupe de l’infanterie (épées longues, lanciers, hommes d’armes,…), le champ de tir des unités de distance (archers, arbalétriers, francs-tireurs,…), l’écurie de la cavalerie (éclaireurs à cheval, chevaliers, paladins,…), l’atelier de siège des armes de sièges (scorpions, béliers, onagres,…), l‘église des moines et le château des unités spéciales puissantes. Bien sûr, certaines unités sont exclusives à une armée - comme les samouraïs de Yoshitsune ou les mamelouks de Saladin - alors que d’autres peuvent êtres achetées au marché en tant que mercenaires, à l’instar des maraudeurs celtes ou des éléphants perses, par exemple. D’autres bâtiments comme la forge et l’université servent uniquement aux recherches d’amélioration.

S’ensuit alors la partie la plus stratégique du jeu puisque, sachant que l’on ne peut créer qu’une unité par bâtiment et par tour (toujours dans la limite des ressources dont on dispose), il faut utiliser à bon escient leurs capacités respectives et trouver le bon équilibre à votre armée. Par exemple, les troupes d’infanterie sont efficaces pour détruire les bâtiments contrairement à la cavalerie et aux unités de distances (sauf lorsque vous débloquez la recherche des flèches enflammées), les lanciers et les piquiers sont redoutables face aux cavaliers et non les archers, et les arbalétriers ne peuvent pas attaquer et se déplacer lors d’un même tour (en raison du long temps de rechargement du carreau). Il est bon de savoir que les moines sont d’une grande importance dans votre armée puisqu’en plus de pouvoir soigner vos unités blessées, ils peuvent également convertir les unités adverses pour qu’elles se battent avec vous… une capacité que l’ennemi utilise fréquemment pour votre plus grand désarroi. D’autres paramètres sont également à prendre en compte comme les pouvoirs spéciaux de vos héros (soins de troupes, amélioration des attaques ou des défenses,…), la géographie de la carte (les montagnes et les bâtiments amis améliorent votre protection), les déplacements et la portée d’attaque de vos troupes et celles de l’ennemi ainsi que la progression adverse en terme d’amélioration et de forces armées, chose que l’on voit rarement apparaître sur la carte.

 

Désolé pour le pavé d’explications, mais il était difficile de parler de ce jeu sans entrer dans les entrailles du gameplay. Les missions du mode campagne sont plus ou moins longues - suivant si c’est une attaque rapide ou un siège épuisant -, surtout que vous avez trois objectifs secondaires à atteindre pour chacune d’elles en plus de l’objectif principal qui vous donne la victoire. Ces objectifs secondaires vous donnent des points pour débloquer des unités spéciales (comme les chevaliers de la table ronde, les piquiers suisses ou les dopplehänders) et de nouvelles maps pour prolonger l’expérience dans le mode « carte de l’empire ». Une durée de vie plus que conséquente pour un The Age Of Kings instructif, prenant et loin d’être facile… la prise de Jérusalem par Saladin reste un casse-tête pour moi !

 

Tankkore


 

Développeur : Backbone Entertainment

Éditeur : Majesco Entertainment

Année : 2006

Genre : Stratégie

Support : Nintendo DS


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Tankkore 04/12/2014

Je pensais bien que ce serait le genre de jeu qui te plairait, ça fonctionne en 3 phases :D
Quand tu reviens sur Lyon je peux te filer la DS et le jeu si tu veux !

2. Cook 04/12/2014

Wouha ils ont fait fait du beau boulot! J'étais un gros joueur d'Age of Empire sur PC et d'Advance War, sur gameboy advance, voilà un mélange qui m'intéresse. Mais bon j'ai pas de DS ><

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 25/03/2015

Rejoignez nous sur Facebook!