DEPONIA : Doomsday

En temps et en heure


 

Retour au boulot pour le Cookie en ce bon mois d'avril. Non pas que je me suis tourné les pousses pendant plusieurs mois, disons que la période n'était pas propice à l’exercice de la chronique. Pour redémarrer du bon pied j'ai porté mon choix sur la suite d'une œuvre vidéo-ludique que j'avais particulièrement apprécié. Bon le jeu remonte déjà à un mois (le premier mars 2016), mais tout est encore frais dans ma tête, tant la série dont il est question aura marqué mon expérience de joueur. Après une trilogie très réussie le studio Daedalic Entertainment a décidé de revenir sur la fin de Deponia ! Dont le dernier rejeton de la série s'intitule Doomsday... Tout un programme.

 

 

 

 

Car si la fin du monde était un sujet récurrent dans les jeux Deponia, ici c'est l'occasion de la vivre. Cependant une catastrophe mondiale ne pouvait pas se passer de l'intervention de Rufus, héros des précédents opus. Toujours aussi gaffeur que vantard, ingénieux qu'insupportable Rufus revient plus en forme que jamais. Mais il n'est pas le seul à reprendre du service. Une grande partie des personnages rencontrés dans la série viennent faire une apparition, alors que d'autres resteront dans l'oublie. Si vous êtes amateur du monde de Deponia, Doomsday est une bonne manière de prolonger l'aventure.

 

Pourtant à la base je n'étais pas très chaud pour cette suite. Je m'explique. Je me suis aperçu que le jeu existait une semaine avant sa sortie (je rappelle qu'on est pas des journalistes chez Acheron hein...). Je me dis chouette un nouveau volet du jeu qui m'a fait replonger dans les point&clicks. Puis en lisant le synopsis et les quelques informations sur le net, je me suis rendu compte qu'il s'agissait en fait de l'ultime jeu estampillé Deponia. Apparemment la fin du dernier opus, Goodbye Deponia, avait laissé un goût amer à beaucoup de joueurs. Pour ma part je dirais qu'au contraire la conclusion de cet épisode était en tout point parfaite. Certes elle peut paraître dur à encaisser, ou frustrante, mais je pense qu'elle apporte aussi des éléments de réflexion que j'avais soulevé sommairement dans ma chronique de la trilogie de l'époque.

 

Mais revenons au jeu qui nous intéresse ici. Pas la peine d'en mettre des couches et des couches. Tous les éléments qui ont fait la réussite des premiers épisodes constituent le cœur de cette nouvelle mouture. On peut tout de même ajouter un taux plus élevé de situations improbables. Très rapidement dans l'histoire le concept de voyage dans le temps et l'espace va faire son apparition. Si vous aviez du mal à suivre la trame narrative des opus précédents, alors vous allez vous sentir bien seul dès les premières heures sur Doomsday. Je dois avouer que l'idée d'incorporer l'idée du voyage temporel dans Deponia paraît excellente sur le papier, on imagine assez bien quelles facéties Rufus serait capable de mettre en œuvre. Néanmoins le concept apporte également une certaine dose de confusion à une aventure déjà surchargée de références et de puzzles tordus. Ces derniers m'ont d'ailleurs parfois laissé dubitatif quant à leur résolution, même si dans l'ensemble le jeu reste cohérent et fidèle à lui-même. Les dialogues aussi me semblent parfois en dessous de ce à quoi nous avons été habitué, ils me paraissent également moins nombreux, mais sur ce point je peux me tromper. L'animation et la musique n'ont pas vraiment bougé depuis le premier Deponia, elles restent de bonne facture, avec des bons moments et d'autres moins inspirés.

 

Au niveau de l'écriture il y a tout de même une évolution. Les enjeux semblent plus graves, et le message que transmet le jeu a également pris en maturité. Le sacrifice de soi, l’abandon devant un obstacle qui semble infranchissable, mais surtout la prise de conscience des conséquences de nos actions sont les principales réflexions que met en avant ce nouveau Deponia. Comme toujours ce n'est pas une obligation que de se poser des questions méta-physiques sur le jeu, heureusement. Malgré cela je trouve intéressant de voir quel soin a été apporté au sous-texte du jeu, consciemment ou non. Rufus grandi tout au long de la série, et ici enfin il semble devenir adulte. Le choix du voyage temporel prend alors un autre sens dans la quête du bricoleur égocentrique que nous suivons depuis quatre jeux. Comment prendre au sérieux la vie si l'on peut tout reprendre quelques minutes avant d'avoir provoqué une catastrophe ? Si l'on a le pouvoir de modifier le temps peut-on vraiment concilier ses choix personnels et les grands changements du monde ? Y-a-t-il un grand dessein immuable ?... Bref une foule de questions surgiront certainement au cours de ce Doomsday.

 

Parlons un petit peu de la fin. Sans spoiler, je ne comprends pas trop pourquoi le studio de développement aurait choisi de faire cet ultime épisode si la déception des joueurs avait été à la base du projet. En effet la conclusion de Doomsday n'est pas moins tragique. Certains diront qu'elle est identique à la précédente. Pas tout à fait, surtout si l'on prend en compte mon paragraphe antérieur. Finalement elle nous montre que Rufus n'est pas le seul à devoir apprendre des autres, les habitants de Deponia ont également appris de lui. Les derniers moments du jeu nous donne une vision que je trouve plutôt lucide sur les relations humaines et comment elles impactent notre vie.

 

Je vais peut être un peu loin pour un jeu-vidéo, d'autant que je n'ai pas développé mes idées pour éviter d'en dire trop sur l'histoire de ce nouveau Deponia. Ce qu'il faut garder en tête c'est que vous soyez friands ou non de ce genre de réflexions mis en scène dans un contexte vidéo-ludique, assez simple d'accès qui plus est, ou simplement amateur de point&clicks (voire un curieux qui voudrait s'essayer au genre), alors la série Deponia est ce qu'il vous faut ! Et ce Doomsday ne déroge pas à la règle.

 

 

Cook

 


 

 


 

Développeur & Éditeur : DAEDALIC Entertainment

Année : 2016

Genre : Point&Click / Aventure

Supports : PC / Mac


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 23/04/2016

Rejoignez nous sur Facebook!