CASTLEVANIA : Dawn Of Sorrow

le chagrin sans pitié


 

Head dawn of sorrow

 

Mon entrée tardive dans le monde des jeux vidéo s’est faite avec la Nintendo DS et l’incontournable Mario Kart DS  mais le choc ludique est arrivé quelque temps plus tard avec l’éblouissant Castlevania : Dawn Of Sorrow ! Titre phare de l’éditeur et développeur de jeu japonais Konami, la saga Castlevania peut se targuer d’avoir exploité toutes les consoles du marché, du premier jeu éponyme sorti en 1986 sur NES et Amiga (entre autre) au Lord Of Shadow 2 édité en 2014 sur PS3, soit plus de 30 épisodes en trente ans d’existence ! La plongée dans l’univers gothique et flamboyant de la série inspirée du Dracula de Bram Stoker pouvait donc débuter !

 

Développés comme des jeux de plateforme à l’exigence accrue, les épisodes de Castlevania  ont pris un tournant décisif en 1997 à la sortie de Castlevania : Symphony Of The Night sur PlayStation et Saturn lorsque Konami a rajouté une dimension RPG à sa licence, avec un système d’expérience, de niveaux et de récolte d’armes, d’armures et d’items variés. La difficulté a donc été revue à la baisse au profit d’un gameplay plus plaisant et étoffé ainsi qu’une exploration du château labyrinthique digne d’intérêt.

Premier épisode sorti sur Nintendo DS en 2005, Dawn Of Sorrow fait suite à Aria Of Sorrow, troisième et dernier jeu de la série édité sur GameBoy Advance, il est donc tout naturel de retrouver Soma Cruz, l’héritier de Dracula, pour une nouvelle aventure à travers le château. Cette fois-ci, il doit stopper les plans de la ténébreuse prêtresse Célia Fortner qui veut ressusciter le Comte Vampire tout en résistant à ses propres pouvoirs maléfiques. Pas de chasse aux vampires à proprement parler donc, mais une quête personnelle pour empêcher la prêtresse et ses deux prétendants à la réincarnation, Dario Bossi et Dmitrii Blinov, de faire renaître le Seigneur des Ténèbres !

Certes, le scénario est très simple et commun à la saga mais on n’en demande pas plus aux développeurs pour pouvoir batifoler de nouveau dans les différentes parties du château et tatanner du monstre jusqu’à plus soif. Pour autant, la traduction des dialogues aurait vraiment pu être améliorée afin d’apporter un peu de consistance aux péripéties du héros.

Vous l’aurez compris, le plaisir premier de tout Castlevania est d’explorer un château dédaléen en vous confrontant à un bestiaire monstrueux et éclectique. Utilisant à merveille les capacités de la Nintedo DS, Dawn Of Sorrow se pare d’un level design à tomber, les décors médiévaux en 2 dimensions sont magnifiques et offrent une profondeur appréciable avec les différents plans du décor. Du village enneigé au clocher maudit en passant par le jardin de la folie, l’escapade dans les différents niveaux est une véritable exploration vers l’inconnu aidé seulement, au début, par quelques bouts de carte achetés à l’échoppe de Hammer. D’ailleurs, une des utilités de l’écran supérieur de la console portable de Nintendo est d’avoir soit la carte affichée en permanence soit un menu d’inventaire avec son or, son équipement et les détails du dernier monstre vaincu. L’autre réjouissance de la série d’action est bien évidemment le bestiaire impressionnant, constitué autant de monstres bien connus tels les squelettes, zombies et fantômes que de créatures méconnues échappées de mythologies antiques comme le Mushussu (Mésopotamienne), le catoblépas (Romaine) et le warg (Nordique).

En plus de devoir vous débarrasser de chaque monstre, vous pouvez également absorber leur âme grâce à la particularité de Soma Cruz, lui conférant ainsi de nouveaux pouvoirs divisés en quatre catégories, qui peuvent influencer les caractéristiques du héros, déclencher de nouvelles attaques ou débloquer de nouvelles capacités. Comme lors de l’épisode précédent, le système d’absorption d’âme est basé sur la chance, chaque créature ayant une, deux ou trois étoiles signalant la difficulté à se procurer son âme ; vous imaginez donc bien que pour avoir la totalité des âmes il vous faudra vous armer de patience et de persévérance ! Cela dit, c’est un excellent moyen de monter en niveaux avant de s’attaquer à un boss. La dimension RPG des Castlevania, seconde génération, est commune au genre, l’expérience du héros se gagne en combattant des créatures et à chaque niveau atteint ses caractéristiques augmentent alors que les armes, potions, équipements et autres items s’achètent à la boutique, se récoltent dans les couloirs du château ou sont lâchés par certains monstres (du pain béni pour les collectionneurs compulsifs). Mais l’originalité des deux opus Of Sorrow réside dans la possibilité de fusionner certaines armes avec certaines âmes pour créer des armes surpuissantes et inédites, un vrai petit bonheur d’alchimiste !

Les seules véritables nouveautés apportées par ce deuxième épisode sont l’utilisation de sceaux magiques que l’on doit tracer au stylet une fois chaque boss éliminé ainsi que la possibilité de switcher entre deux équipements distincts avec la touche « X ». Au-delà de ça, Dawn Of Sorrow comporte une difficulté modérée et une durée de vie courte mais que l’on peut rallonger facilement si l’on décide de compléter la carte du château à 100%, d’obtenir toutes les âmes des monstres ainsi que leurs items et de finir les modes Boss Rush et Julius. Dans le premier mode vous devez combattre tous les boss d’affilée en un minimum de temps et dans le second, refaire le jeu avec les personnages de Yoko Belnades, Julius Belmont et Alucard dans l’esprit action/plateforme des Castlevania d’antan. Mais attention, il faudra découvrir les fins alternatives pour débloquer ces nouveaux modes !

Au son des compositions mélodiques qui vous rentrent en tête vous gravirez les niveaux de ce château emblématique et dangereux qui ne demande qu’à révéler ses moindres secrets. Castlevania : Dawn Of Sorrow vous tiendra jusqu’à l’aube avec le plaisir d’un aventurier conquis !

 

Tankkore


 


 

Développeur : Konami

Éditeur : Konami

Année : 2005

Genre : Action / Plateforme / RPG

Support : Nintendo DS


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/03/2017

Rejoignez nous sur Facebook!