[Poésie] Par MrGuitoune I

 

Le monde est ma muse infinie. Elle est cette source éternelle qui jamais ne se tarira. De son ventre, des ses entrailles me provient ce que j’écris, ce qui jaillit de mon être tout entier. Cela suinte par tous les pores, de ma personne que je frissonne à écrire sur la mort ou que je souris à parler de la vie. Mais la vie est parfois plus dure que la mort. Elle nous torture jusqu'à l’extrême, nous pousse à aller plus loin. Elle nous repousse sans cesse  dans nos limites pour avancer. La mort est au final dure que pour ceux qui la ressentent. Non pas pour cette personne qui est morte mais pour les personnes qui l’entourent. On déteste alors la vie qui est sensé être la plus belle promesse, intense de bonheur et d’amour. Mais en réalité la vie ressemble plus souvent à un tableau noirci par les dommages du temps : remplit d’un tas de choses mis en bordel, pêle-mêle. Ce tableau un est foutoir ou une armoire où s’entasse tout ce qu’on a pu amasser dans nos vies. On s’est inspiré du monde, qui est notre muse infinie, pour construire nos vies. Cet univers qui m’a fait accoucher de mon esprit ces phrases qui sont comme ma vie, nos vies, un tableau ou une armoire où tout est fouillis. Une armoire grouillant de ces choses qu’on s’est créé, de ses besoins inventés dans le but de mieux exister. Mais il faudrait tout remettre en ordre, et ne pas laisser le chaos s’installer. Le monde peut être considéré comme un chaos organisé. On y voit tout et rien à la fois, on est bercé ou entraîné de force ou de gré. On avance, on stagne, on recule ou alors on en prend pour mieux avancer et ne pas stagner dans ce désordre qui parait rangé, arrangé et aménagé pour notre bonheur. Mais le vrai bonheur, la vraie liberté n’est pas dans ce qui est ordonné. La vie est faite pour être chamboulée, confuse, bouleversée. Certes, c’est chaotique et peu éclairé. Malgré cela, être enchainé n’avance à rien et on doit s’inspirer de ce monde comme une muse infinie pour réussir dans la vie. Le but étant de se frayer un chemin dans ce trouble qu’est notre univers. En somme, on doit écrire son propre tableau et ranger sa propre armoire mais ne pas laisser le noir s’y inviter et l’envahir sans forcément tout disposer  pour se laisser de la liberté. J’exprime ma liberté par les mots et m’inspire de ce monde qui est ma muse infinie, éternellement intarissable d’inspiration et je l’en remercie.

 

MrGuitoune

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (6)

1. MrGuitoune 19/01/2014

Les redondances sont faite exprès, après y en a peut être une ou deux qui sont parfois encore présente sans que je m'en rende compte mais, y a des répétitions qui sont faites exprès. C'est un écho dans le texte.

2. Johnspartan117 18/01/2014

pas mal du tout le texte , mais fais attention aux redondances dans ton texte , qui sont assez présentes quand meme

3. MrGuitoune 12/01/2014

Oui pas de soucis, j'avoue que des fois je me rend pas trop compte des fautes que j'ai pu faire! merci Tankkore! ça fait plaisir

4. Tankkore 11/01/2014

Bien sympa ton poème, mais il y avait pas mal de faute de conjugaison par contre, relis bien la prochaine fois :)

5. MrGuitoune 07/01/2014

Tu marques un point! On préfère ne pas regarder plus loin que le bout de son nez par peur de ce qui est étranger!

6. Seppuku 07/01/2014

On devrait s'en inspirer plus souvent du monde. Son observation peut être riche en enseignements !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/03/2014

Rejoignez nous sur Facebook!