IT FOLLOWS de David Robert Mitchell


 

It follows

 

Vu pour la première fois en début d'année dernière à l'occasion de sa sortie au cinéma, It Follows, second long métrage de David Robert Mitchell (auparavant totalement inconnu au bataillon) est un des rares films qu'il m'ai été donné d'aller visionner entièrement par instinct, sans lecture du synopsis, ni de critiques sur le net. Juste comme ça, lancé dans la découverte totale, grâce à son titre autant évocateur que trouble, et parce que le film avait récolté le Grand Prix et le Prix de la critique au Festival du Film Fantastique de Gerardmer (En plus de celui du festival de Deauville, rien que ça).

Et, autant dire que grand bien m'en a pris. Car rare est permis, de nos jours, d'assister à une œuvre de cinéma d'épouvante aussi empreinte d'une identité et d'une ambiance qui lui est propre, loin des remakes de films cultes et des diverses histoires de maison hantée ou de possessions d'apparats nanardesque et sans saveurs vues et revues qui foisonnent dans nos cinémas grand publics (allez, ça c'était gratuit). L'histoire suit donc le parcours d'une jeune femme de Detroit, qui,  après un rapport charnel avec un type presque inconnu et totalement flippé de la vie a l'arrière d'une bagnole, se retrouve suivie sans relâche par une créature des plus mystérieuses ayant pour pouvoir de prendre l'apparence d'a peu près n'importe quel péquin. Seul avantage pour elle, cette chose est excessivement lente, vu qu'elle ne fait et ne peux que marcher. Là, on a tout pour le scénar', qui n'a pas grand choses de plus à raconter, il faut bien l'avouer. Fort heureusement, ce n'est pas dans le fond de son script que le film tire sa plus grande force, mais réellement dans sa forme.

Se nourrissant (tout en le digérant) de ce que proposait un des grands maîtres de l'horreur, Big John Carpenter, dans le tout premier volet de la saga Halloween (La Nuit des Masques), ainsi que, dans une moindre mesure, dans l'immense The Thing (pour le côté protéiforme de la créature surtout), Mitchell parvient a donner a son film l'aura nécessaire pour subjuguer les nerfs de son spectateur. Mise en scène lourde et pesante, photographie et lumières restant dans des nuances ternes, le tout servi par une bande-son absolument anxiogène et planante signée Disasterpeace, voici les ingrédients d'une angoisse quasi permanente, comme, à l'instar d'un Michael Myers dans le film cité ci-dessus pour les non connaisseurs (chacun ses tares, ce sont des choses qui arrivent), même si la chose n'est absolument pas partout, ce n'est pas pour autant que vous la verrez, ou du moins penserez l'y voir. Et ce n'est pas la mollesse et le détachement presque imperturbable de la bande de jeunes protagonistes, aux acteurs tous inconnus, ou presque (l'actrice principale, Maïka Monroe, aussi professionnelle de kitesurf, a de beaux jours devant elle depuis ce film, considérée depuis par la critique comme une nouvelle Scream Queen) qui font changer la donne, les prestations, bien que exempts de perfection offrant un petit plus au caractère suffocant et oppressant de la pellicule.

Donnant images et contexte - les plus philosophes, en quête de sens dans chaque film d'horreur de Série B, y voient très certainement un rapport pas très tendre avec la sexualité, ou du moins avec les M.S.T, de par l'emploi du rapport sexuel comme élément de contagion de la malédiction, et n’aboutissant forcement, au bout d'un moment, qu'a l'irrattrapable pour tous ses porteurs et anciens porteurs (pas de spoil, n'ayez crainte), sauf si sexualité totalement débridée il y a, d'ou l'idée de fin des plus logique (toujours pas de spoil) - à un de ses cauchemars récurants, le cinéaste, David Robert Mitchell, offre avec It Follows et son cadre aux allures déstructurées, une œuvre des plus imaginatives et immersives, arrivant a manier avec talent les codes du slasher de la bonne époque avec celui de la menace latente et indicible propre à l'angoisse profonde. Si vous êtes en quête d'une bonne affiche de cinéma de genre, et qu'en plus vous êtes friands de tout ce est susceptible de laisser perplexe quand vous vous sentez suivis, foncez, mais un peu plus vite, on ne sait jamais.

 

LordOvDeath


 

 


 

Titre original : It Follows

Réalisation / Scénario : David Robert Mitchell

Pays : États-Unis

Année : 2015

Genre : Horreur / Angoisse


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

1. Tankkore 17/05/2016

Film vraiment original et intelligent dans son propos, la tension perdure, les scènes sont bien réalisées avec ce jeu de "je le vois, je le vois pas". Et bonne chro au passage !

2. zoskia 01/05/2016

Une bonne chro pour un bon film ! Content de te voir parmi nous Lord .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 14/07/2016

Rejoignez nous sur Facebook!